Le proviseur du lycée de Croix Rivail muté contre son gré

Par • Mis à jour le 17/08/2016 - 15:02

Le ministère de l'agriculture a décidé de muter Philippe Aurore, proviseur du lycée agricole de Croix Rivail, en Guadeloupe. Une mutation que ne comprend pas le fonctionnaire qui entend la contester devant le tribunal administratif. Pour certains membres de la communauté scolaire il s'agit d'une sanction injustifiée à l'encontre du proviseur.

    Le proviseur du lycée de Croix Rivail muté contre son gré
Coup dur pour le Martiniquais Philippe Aurore. Le proviseur du lycée agricole de Croix Rivail, à Ducos, en poste depuis deux ans, a été muté en Guadeloupe. Il devrait rejoindre, à Saint Claude, la direction de l’agriculture et la Forêt comme chargé de mission.

"J'ai reçu un arrêté disant que je suis muté pour intérêt du service à la DAF Guadeloupe. En tant que fonctionnaire je n'ai fait l'objet ni de sanction disciplinaire, ni aucune inspection sur ma manière de servir donc je ne sais pas. Il y a une inspection sur le fonctionnement global de l'établissement qui ne peut être opposé à un fonctionnaire. Je rappelle que quelques mois auparavant j'ai eu une inspection sur ma personne qui m'a été extrêmement favorable", se défend Philippe Aurore.

Le ministère de l’agriculture précise que décision cette été prise « dans l’intérêt du service ! ». Des arguments que Philippe Aurore a du mal à comprendre. Il n’entend néanmoins pas se laisser faire. Face à cette incompréhension, il a manifesté ses intentions de contester cette décision devant le tribunal administratif.

Le fonctionnaire du ministère de l'agriculture dit avoir reçu le soutien de plusieurs élus. Les représentants du personnel sont également à ses côtés."Dans un premier temps nous avons appelé les collègues à se mobiliser. Je tiens quand même à rappeler que une fois qu'on a su qu'il y avait une possibilité de mutation d'office nous avons créé un comité de soutien. Une intersyndicale a été mise en place puisqu'il y a un autre problème de mutation", détaille Maryline Bazilie, secrétaire général du SEA-UNSA Martinique.

Karl Lorand et Jean-Marc Pulvar