Le transfert du lycée Schoelcher : le dessous des cartes

Par 26/05/2016 - 02:27 • Mis à jour le 26/05/2016 - 02:27

Le choix d'un nouveau site de transfert pour le lycée Schœlcher n'en finit pas de faire jaser. Outre l'ultimatum du lycée Acajou 1 qui n'entend pas se sacrifier pour sortir "Victor Schoelcher" de l'impasse, on commence à en savoir plus sur les conditions et les circonstances de la sortie de cette nouvelle carte d'un jeu qui met de nombreux acteurs au bord de la crise de nerfs. Un récent communiqué de la préfecture en date du 25 mai 2016 en dit un plus sur le dessous des cartes.

    Le transfert du lycée Schoelcher : le dessous des cartes
C'est par un communiqué rendu public par son cabinet, ce mercredi 25 mai 2016 en milieu de journée, que le représentant de l'Etat, le préfet de Martinique Fabrice Rigoulet-Roze, a précisé (enfin) son rôle et ses interventions dans le feuilleton du lycée Schœlcher.

Avec un certain art pour éviter toute polémique avec le président du conseil exécutif de la Martinique (d'autant que ce dernier ne l'a pas ménagé dans ses dernières déclarations publiques sur le sujet), le préfet fait d'emblée état d'une incertitude.

Depuis plusieurs mois, écrit-il, une certaine incertitude pèse sur la rentrée 2016 du lycée Schœlcher, le gestionnaire ayant fait le choix d'abandonner en début d'année la solution jusque-là envisagée d'un lycée de transit dédié".

Un incertitude dont le point de départ serait, si l'on comprend bien, la décision du président Marie-Jeanne de ne plus retenir le lycée de transit prévu à l'ex-hôpital Fouche pour accueillir la communauté scolaire du lycée Schœlcher dès la rentrée 2016-2017.

Le représentant de l'Etat note en outre que face à cette situation, les acteurs concernés par ce dossier, s'ils ont manifesté un accord sur un certain nombre de points à respecter, ils ne l'ont pas été le site de transfert à retenir.

Le préfet de Martinique justifie alors son intervention auprès de la rectrice, responsable du service public de l'éducation et d'Alfred Marie-Jeanne, président du conseil exécutif de la Martinique et à ce titre gestionnaire de l’immobilier scolaire, par le caractère pressant de l'organisation de la rentrée scolaire du lycée Schœlcher, à trois mois de celle-ci.

L'entretien bilatéral du vendredi 13


La question est abordée d'abord le 13 mai 2016, lors d'un entretien bilatéral préfet-président du conseil exécutif de la Martinique à la CTM. Puis le 17 mai 2016, cette fois en présence de la rectrice d'académie.

"L'attention du président a été appelée sur les difficultés de la solution Bellevue, tant en terme de respect du calendrier que de conditions pédagogiques et de sécurité de prise en charge des élèves".

"La solution de Bellevue" qui était, faut-il le rappeler, défendue par le président du conseil exécutif Alfred Marie-Jeanne. On notera au passage, que ce ne sont pas seulement des conditions de sécurité comme évoquées mardi qui sont en cause.

Et c'est ce jour-là, ce 17 mai, "qu'il a été proposé, indique le communiqué de la préfecture, de présenter un nouveau scenario au COPIL (Comité de Pilotage). (Et que)Tout trois sont tombés d'accord sur la possibilité d'étudier l'implantation de la communauté scolaire du lycée Schœlcher sur le site d'Acajou 1."

Le choix du 17 mai...


Reste à savoir qui a proposé ce nouveau scénario. La préfecture se contente de dire "qu'il a été proposé".

On imagine sans peine que la proposition du site d'Acajou 1 n'émane pas de Monsieur Marie-Jeanne, sauf que selon certaines sources malicieuses qui ont requis l'anonymat cependant, ce ne serait pas le préfet qui aurait fait ce choix-là. La nouvelle rectrice ? Peu probable. Alors trouvez l'erreur.

En attendant et quoiqu'il en soit, c'est maintenant la communauté scolaire d'Acajou 1 qui, à tort ou à raison, n'entend pas en faire les frais. Le feuilleton du transfert du lycée Schœlcher continue...

Et certains augures n'hésitent pas à prédire une rentrée sur l'actuel site en septembre et dès janvier 2017 un transfert à.... l'ex-hôpital Fouche...le lycée de transit initialement prévu... De doux rêveurs ? Probablement. Mais qui sait ?
Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci.