Les Distributeurs Automatiques de Titres de Transports font leur apparition aux arrêts du BHNS

Par 18/10/2016 - 23:57 • Mis à jour le 18/10/2016 - 23:57

Des distributeurs automatiques de titres de transport (DAT) ont fait leur apparition dans plusieurs arrêts sur le circuit qu'emprunteront les bus à haut niveau de service (BHNS). Au total, trente DAT seront installés sur le réseau du TCSP entre la place des Almadies à Fort-de-France et Carrefour Mahaut et Carrère au Lamentin.

    Les Distributeurs Automatiques de Titres de Transports font leur apparition aux arrêts du BHNS
Depuis quelques jours, les distributeurs automatiques de titres de transport ont été installés dans plusieurs arrêts positionnés sur le réseau des Bus à Haut Niveau de Services (BHNS) par la CFTU-Réseau Mozaïk. Ils sont identiques aux quatre autres mis en service pour les usagers des bus (traditionnels) du réseau Mozaïk. Si vous êtes un habitué des transports, vous les avez certainement remarqués voire utilisés. On en trouve un dans la commune de Saint-Joseph, un autre à Petit-Manoir au Lamentin et enfin deux à Fort-de-France.

Si ceux-là fonctionnent déjà, il n'en va pas de même pour les douze déjà installés sur le circuit du TCSP, des Almadies à la zone des Mangles. Les derniers le seront d'ici la fin de ce mois d'octobre 2016.

Ces DAT sont câblés au réseau électrique et à la fibre optique. En outre, ils pourront être connectés via un réseau sans fil. Un dispositif de sécurité supplémentaire. Pour l'heure, ils ne sont pas encore mis en service.
C'est à l'occasion du lancement de la marche à blanc que cet équipement, en plus de la circulation des bus elle-même avec les feux tricolores, des caméras de surveillance et des panneaux d'information pour les usagers, sera testé en grandeur nature.

Une phase de test appelée à durer deux mois, après quoi viendra le temps de la mise en service commerciale. Mais on en n'est pas encore là. Quand ? Premier trimestre 2017 ? Second trimestre 2017? La question reste en suspend.

Mais il ne faudrait pas que cela tarde de trop. D'autant que les équipements subissent parfois des dégradations. Selon nos sources, elles s'élèveraient déjà à cette date (18 octobre) à plusieurs milliers d'euros. Autour des 50 000 euros.
Et puis, une certaine impatience s'est exprimée récemment encore avec le lancement d'une pétition , fin septembre 2016, pour demander la mise en service des BHNS avant la fin de l'année.
Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci