"Les blessures ne sont pas trop importantes mais encore faut-il gérer le choc psychologique"

Par 24/03/2016 - 12:32 • Mis à jour le 24/03/2016 - 12:32

2 martiniquaises de 21 ans - originaires du Saint-Esprit - ont été blessées dans l’attentat du métro à Bruxelles; fort heureusement, elles ne souffrent pas de blessures trop graves.

    "Les blessures ne sont pas trop importantes mais encore faut-il gérer le choc psychologique"
Les 2 jeunes femmes sont étudiantes, une en soins infirmiers à Bruxelles et l’autre étudiante aussi était en visite dans la capitale. Elles présentent des blessures sans gravité, une des deux étudiantes était encore hospitalisée hier, mercredi 23 mars 2016.

Sous le choc les familles ont été reçues par le sous - Préfet du Marin. La préfecture étudie actuellement toute demande de déplacement vers la Belgique, ou un éventuel rapatriement des victimes sur Paris ou la Martinique le cas échéant.

Comment vont les étudiantes ?

Ce mercredi 23 mars 2016, une des deux jeunes femmes était toujours hospitalisée. "Les blessures ne sont pas trop importantes mais encore faut il gérer le choc psychologique ! Je sais que l'ambassade de France a fait le nécéssaire pour pouvoir les prendre en charge", a précisé Jean-Jacques Nayaraninsamy le sous Préfet du Marin.

Audrey Ollon et Pascale Lavenaire