Les mairies récompensent leurs bacheliers !

Par • Mis à jour le 17/07/2015 - 18:01

Les communes de la Martinique s’apprêtent à récompenser leurs bacheliers. Ces cérémonies prennent de plus en plus d’ampleur chaque année et les municipalités n’hésitent plus à dépenser des sommes assez importantes pour chouchouter leurs jeunes prodiges.

    Les mairies récompensent leurs bacheliers !
Après l’effort le réconfort et surtout... Les récompenses ! Rivière-Salée est l’une des premières communes à avoir instauré cette tradition de réception de bacheliers; c'était il y a 26 ans déjà ! Depuis, les choses ont bien évolué. Cette année, la cérémonie aura lieu le 24 juillet et la ville a réservé un budget d’environ 9 000 euros à ses 151 bacheliers. Les cadeaux sont variés : une ouverture de compte, un bon d’achat de 80 euros ou encore des haut-parleurs Bluetooth pour portable. De plus, chaque bachelier saléen recevra également une médaille, sorte de reconnaissance du travail accompli.

Au Lorrain, les festivités se dérouleront le vendredi 17 juillet, à la fin d’une manifestation intitulée "Les Chemins de la réussite"; cet événement a pour but d’accroître l’ambition chez chaque jeune. "On va embrayer avec un séminaire, se réussir ou réussir, qui sera animé par un coach en développement personnel" explique Olivier Jean-Denis, élu de la ville du Lorrain, délégué à l’insertion, à la citoyenneté et à la jeunesse. Les bacheliers auront droit à un cadeau à l’effigie de la ville mais aussi à d’autres récompenses de partenaires, comme des tablettes ou des téléphones portables.

Enfin, la ville de Fort-de-France a mis les petits plats dans les grands avec un budget d’environ 40 000 euros, les bacheliers foyalais seront chouchoutés comme il se doit ! La cérémonie se déroulera le 21 juillet au parc culturel Aimé Césaire. Parmi les cadeaux, on retrouve notamment des réductions sur les permis de conduire. La ville de Fort-de-France a surtout misé sur la qualité du spectacle avec des parrains comme le chanteur X Man ou encore la boxeuse Kannelle Léger.

Audrey Ollon et Clara Vincent