Les ménages martiniquais moins surendettés que ceux de l’hexagone

Par • Mis à jour le 03/04/2017 - 20:22

Contrairement aux idées reçues, depuis quelques années, le nombre de personnes surendetté en Martinique diminue. Il est même moins important que celui de l’hexagone. La commission qui gère les différents dossiers est passée en l’espace de sept ans de 552 dossiers à 430.

    Les ménages martiniquais moins surendettés que ceux de l’hexagone
Chaque mois, le dernier mercredi précisément, la commission de surendettement se réunit à l'Institut d’Émission des Départements d'Outre-mer (IEDOM). Elle est composée de 18 membres, tous titulaires et suppléants du monde de l'inspection du travail, des finances, des aides sociales et de la justice.

Durant ces réunions, une vingtaine de dossiers sont examinés. Contrairement aux idées reçues, le surendettement est moins important en Martinique que dans l’hexagone. Chaque année, entre quatre cent et cinq cent ménages sont considérés comme surendettés. Cela veut dire que leurs dépenses sont plus importantes. Pour chaque situation la commission apprécie les dépenses et les ressources et propose un plan ou des modalités de remboursements.

Si le nombre de cas est maintenant stable, cela n’a pas toujours été le cas. Durant la crise de 2009, le nombre de personnes surendetté a explosé.
Des chiffres en baisse mais qui ne signifie pas forcément que le surendettement est en diminution. Des chiffres en légère baisse depuis 2013. Le rapport est de 1,6 dossier pour 1000 habitants en Martinique contre 4,6 dossiers pour 1000 habitants dans l'hexagone.

Denise Marie est présidente de l'association départementale des consommateurs de la Martinique. Elle participe activement aux commissions depuis 1990. Selon elle, cette baisse ne signifie pas qu'il y a moins de surendettés en Martinique.



Plusieurs pistes pourraient justifier cette diminution du nombre de dossiers : la baisse des crédits revolving, l'embarras des débiteurs à figurer au FICP (Fichier National des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers) ou simplement à passer en commission.

Pierre Yves LE BIHAN est à la tête de l'Institut d’Émission des Départements d'Outre-mer. Il dresse un bilan positif de la situation qui s’améliore même selon lui.



Frantz Lorand, n'est pas surendetté mais figure sur les registres pour impayés. Selon lui, il y a de nombreuses conséquences qui en découlent.



Xavier Chevalier et Peggy Saint-Ville