Les plongeurs portés disparus retrouvés vivants et en bonne santé

Par 22/05/2016 - 16:06 • Mis à jour le 22/05/2016 - 16:06

(mis à jour 13:10, le 22/05/2016) Deux plongeurs portés disparus samedi ont été retrouvés ce dimanche matin, 22 mai 2016, par l'hélicoptère de la sécurité civile. Ils sont vivants et en bonne santé après avoir passé la nuit sur un rocher non loin de la presqu’île de la Caravelle.

    Les plongeurs portés disparus retrouvés vivants et en bonne santé
Les deux plongeurs en apnée, portés disparus samedi après-midi ont été retrouvés sains et saufs, ce dimanche matin 22 mai 2016 sur un rocher au large de la presqu'île de la Caravelle, où ils avaient passé la nuit de samedi à dimanche.

La disparition des deux nageurs partis faire de la pêche sous-marine près de la presqu'île de la Caravelle avait été signalée au CROSSAG samedi vers 15 heures. C'est un ami des deux plongeurs, resté à bord d'un bateau à une dizaine de kilomètres de presqu’île de la Caravelle, qui, les ayant perdus de vue, avait donné l'alerte.

Après de vaines recherches hier, le Dragon 972 de la sécurité civile avait dû interrompre les recherches samedi soir avant de les reprendre dimanche matin à 8 heures.

Une nouvelle recherche qui s'est révélée fructueuse. Les deux plongeurs, en bonne santé, repérés par l'hélicoptère ont pu rejoindre le bateau "Trinity" et, aux dernières nouvelles, ils sont arrivés à Pointe Fort au Robert.

Ce sont deux cousins de 38 ans, Gilles et Fabrice. Ils ont passé 18 heures en mer et ont dû nager pendant 10 heures, de 14:30 à 21:30 depuis Tartane où le courant fort les avait emmenés hier soir, à plusieurs kilomètres de leur point de plongée.

Selon le CROSS Antilles-Guyane, les deux hommes sont des plongeurs expérimentés. Ils étaient bien équipés, en bonne forme physique et avaient une parfaite connaissance des lieux. De plus, ils étaient deux, ce qui est important pour la survie.

Gilles et Fabrice ont rejoint directement leur famille sans faire appel à l'aide médicale. Ils ont besoin de se reposer au calme.

Veranika Chyhir et Peggy Saint-Ville