Onze ressortissants cubains réclament un droit d'asile en Martinique

Par • Mis à jour le 01/04/2016 - 16:22

MIS A JOUR VIDEO 01/04/2016 à 11:22 et 13:35 - Onze des seize cubains candidats à l'exil, abandonnés le lundi de Pâques sur la plage de l'Anse à l'Âne, aux Trois-Îlets (Martinique) ont présenté jeudi 31 mars 2016 en préfecture une demande d'asile. L'Office français de protection des réfugiés et apatrides va examiner leur demande en "procédure prioritaire accélérée".

    Onze ressortissants cubains réclament un droit d'asile en Martinique
Onze des seize ressortissants cubains arrivés illégalement en Martinique le lundi 28 mars 2016 ont déposé 72 heures après une demande d'asile auprès du bureau de la nationalité et des étrangers à la préfecture de Martinique à Fort-de-France.

Lundi de Pâques, ces candidats à l'exil aux Etats-Unis, privés de leurs bagages, avaient été abandonnés par un passeur, originaire de l'île de Sainte-Lucie, sur la plage de l'Anse à l'Âne aux Trois-Ilets.

Après avoir passé une période de retenue administrative à la police Air-Frontière chargée d'une enquête, et demandé le bénéfice du droit d'asile, les 11 ressortissants cubains ont été pris en charge par l'association des cubains de Martinique.

Jeudi matin, le 31 mars 2016, ils se sont présentés au bureau de la nationalité et des étrangers en préfecture où ils ont pu remplir un dossier de demande d'asile. Ils ont été ensuite hébergés par l'Etat à l'hôtel Bayfront, place de Savane à Fort-de-France pour deux nuits. Pour le week-end, ils seront de nouveau pris en charge par l'association des cubains de Martinique.

Dès lundi 4 avril 2016, c'est l'OFII (Office français d’immigration et d’intégration) qui prendra la main pour régler les problèmes d'urgence et la semaine d'après, ce sera le tour de l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides). A charge pour l'OFPRA, d'examiner, en "procédure prioritaire accélérée", leur dossier d'asile pour statuer en 15 jours comme nous l'a précisé Serge Lisima, le chef du bureau de la nationalité et des étrangers à la préfecture.



Reste que cette affaire d'exilés cubains désireux de se rendre aux Etats-Unis, partis de Cuba en avion pour Trinidad en janvier dernier, voire en décembre 2015 pour certains, qui se rendent ensuite à Sainte-Lucie où un passeur, moyennant une somme globale de 45 000 dollars, les auraient conduits à St Kitts & Névis, d'où (lecteur, reprenez-votre souffle, nous y sommes presque !) ils auraient été refoulés après trois jours de détention, pour finir abandonnés un lundi de Pâques à l'Anse à l'Âne, laisse pour le moins interrogateur.

Du réalisme merveilleux ? Sauf qu'il y a une part de drame humain et une femme enceinte parmi ces exilés. Cinq d'entre eux, dans la nature, sont d'ailleurs recherchés. Autant dire que les policiers chargés de l'enquête et l'OFPRA ont du pain sur la planche.

Aux dernières nouvelles reçues, vendredi 1 avril 2016, peu avant 13:30, on apprenait que les Cubains recherchés et qui sont six (et non cinq) ont été retrouvés sur la plage de l'Anse à l'Âne suite à un appel anonyme. Ils ont été placés en "retenue administrative" à la PAF et devraient connaître le même sort que leurs camarades d'infortune. Et ce sont donc 17 ressortissants cubains (et non seize) qui sont concernés par cette affaire.
Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci.