Organisateur de soirées... tout un métier !

Par • Mis à jour le 20/08/2015 - 14:23

Mercury beach, Tour des Yoles, Biguine Jazz, Martizik, Plage blanche... Quelques uns des grands évènements qui connaissent un succès conséquent chez nous. Qu'ils se tiennent en Martinique où ailleurs désormais, ce sont pour la plupart des martiniquais qui en sont les initiateurs. Mais attention, organiser un évènement qui brasse des milliers d'euros n'est pas à la portée de tous.

    Organisateur de soirées... tout un métier !
De prime abord, il faut que le dossier d'organisation tienne la route afin que les décideurs accréditent et valident la réalisation de ce qui, à l'origine n'est qu'une idée folle. "Il faut pouvoir prouver qu'on a tout prévu au plan de la sécurité donc il faut un minimum de formation pour l'entrepreveur quand il veut organiser un spectacle." indique Gaël Rias, Conseiller pour le spectacle vivant à la Direction des Affaires Culturelles de Martinique.

Les organisateurs de spectacles vivants sont répartis en 3 catégories. Une accréditation gratuite éligible par une commission de professionnels régionaux avec notamment la DAC ou encore la SACEM selectionne ces organisateurs qui seront accrédités. "Il faut être majeur ! La licence numéro un c'est celui qui tient un lieu, la licence numéro deux c'est celui qui va faire tourner des artistes mais qui n'a pas forcément à payer le cachet des artistes, le troisième est un tourneur mais qui va aussi avoir la charge de l'emploi des artistes qu'il fait tourner... la billeterie etc..." précise Gaël Rias.

"Il faut avoir un minimum de sérieux"

En Martinique, Sylvio Gibon collabore et organise des évènements publics et parfois privés. Il est le propriétaire de la Kaza des Artistes au Lamentin. "Il faut avoir un minimum de sérieux et de franchise avec les uns et les autres pour pouvoir fonctionner" explique t-il.

Matthieu Corosine a seulement 31 ans; avec les sociétés Panda Event et Panda 972, il organise des dizaines de festivals à travers le monde chaque année (Tunisie, Toulon, Miami, Maroc, Cannes, etc...). Il est d'ailleurs chargé de projet du Festival Martizik et responsable du développement pour Panda Event. Pour lui il n'y a pas de recette miracle "La compétence particulière c'est l'expérience le terrain savoir s'entourer de professionnels dans chaque secteur" a t-il indiqué.

Audrey Ollon et Peggy Saint-Ville