POUR jeudi REP+ : "Plus on travaillera en équipe, mieux on réussira à résoudre les difficultés."

Par • Mis à jour le 01/07/2015 - 14:22

En Martinique, 3 quartiers pilotes ont été choisis pour intégrer le Réseau d'Education Prioritaire+! L'objectif est de développer le goût de lecture et du calcul pour mieux apprendre.

    POUR jeudi REP+ : "Plus on travaillera en équipe, mieux on réussira à résoudre les difficultés."
Il existe actuellement 1 082 réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+). Le premier axe est de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques dans les écoles et collèges qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales.
"L'objectif principal est de faire réussir tous les élèves, que ce soit les bons, les moyens, ou les élèves en difficultés." a indiqué Didier Marmot principal du collège Dillon 2.

L'éducation Nationale souhaite également ramener à moins de 10% les écarts de réussite scolaire entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres élèves de France. L'année scolaire prochaine, les réseaux actuels seront progressivement remplacés par les REP+ et les REP. Les REP concernent uniquement les collèges et les écoles qui sont en zones prioritaires et qui rencontrent des difficultés significatives. Les REP+ par contre concerneront les quartiers ou les secteurs isolés qui connaissent de plus grandes difficultés sociales ce qui est un facteur important de l'échec scolaire. En Martinique, il y a trois REP+ préfigurateurs. Les collèges de Terres Sainville, Dillon 2 et Emmanuel Saldès à Sainte-Marie ont fait partie des REP+. 3 quartiers concernés par cette nouvelle politique prioritaire de l'éducation nationale.

Didier Marmot, précise pour preuve du succès de ce dispositif, qu'à la rentrée 2015-2016, son collège de Dillon 2 va accueillir sur les 110 élèves de 6ème, 20 écoliers (résidant hors de cette zone d'éducation prioritaire) dont les parents ont demandé à l'académie, une dérogation pour y inscrire leurs enfants.Pa t-il complété. L Réseau d'Education Prioritaire + apporte une attention particulière aux écoliers et collégiens issus des quartiers où le contexte familial, sociale voire économique ont une incidence sur leur niveau scolaire... ce qui en cas de difficultés peut les mener pour, beaucoup, à l'échec. "Plus on travaillera en équipe, mieux on réussira à résoudre les difficultés."

Les équipes pédagogiques attendent les résultats progressivement. A la rentrée scolaire prochaine, ce sont les collèges de Godissard à Fort-de-France, Hubert Nero au Lorrain, du Trianon au François, et ceux de Basse-Pointe, du Vauclin, et de Saint-Pierre qui vont s'ajouter aux 3 REP+ déjà en exercice chez nous.