Pâques : toujours la fête du chocolat

Par 27/03/2016 - 18:35 • Mis à jour le 27/03/2016 - 18:35

Le constat des professionnels : le chocolat des Pâques est aussi important sur la table que le matoutou de crabe ou l’agneau traditionnels. Les œufs et les figurines en chocolat de toutes sortes sont vendus en quantités impressionnantes en métropole, comme chez les chocolatiers de la Martinique.

    Pâques : toujours la fête du chocolat
La tradition de manger et d’offrir les œufs pour les fêtes de Pâques vient de l’antiquité. Les Egyptiens et les Perses anciens célébraient ainsi l’arrivée du printemps et le retour à la vie.

Aujourd’hui, les œufs faits en chocolat de fantaisie se sont transformés en gourmandises. Les œufs striés, garnis, aux fruits secs, et les chocolats en forme de lapins et de poules, sont les cadeaux les plus populaires pendant ces journées festives. Depuis quelques années en Martinique, la chocolaterie des frères Lauzéa s'est fait une spécialité, clin d'oeil au matoutou, avec la production de figurines de chocolat en forme de crabes.

A chaque fête de Pâques, les Français croquent environ 15 000 tonnes du chocolat et cela représente 4% des ventes annuelles. En Martinique, on a aussi un bon appétit. Chez les chocolatiers, c'est la foule. Pour faire plaisir aux proches, on oublie les économies.

« On a de grosses ventes qui s’élèvent jusqu’à 250 euros, ce qui fait 3 kilos du chocolat d’un coup. Ce n’est pas forcément pour une entreprise. Ce sont des particuliers», selon Fabienne Salva, chef de l’équipe d'une chocolaterie au centre commercial La Galéria à Acajou.

Selon les témoignages, les Martiniquais privilégient surtout le chocolat noir cette année. Et cette idée a une valeur particulière : en quantités raisonnables, le chocolat contenant plus de 60% de cacao a de fortes vertus thérapeutiques. Les deux carrés diminuent de 39 % les risques d’infarctus. Il est en plus un antioxydant et riche en zinc, en vitamines A et E.

A lire aussi Les Pâques : comment sont-elles fêtées à travers le monde ?

Veranika Chyhir et Peggy Saint-Ville