RN9 : le glissement de terrain ralentit légèrement mais se poursuit

Par 05/09/2018 - 13:33 • Mis à jour le 05/09/2018 - 13:33

Alfred Marie-Jeanne a visité ce mercredi matin la portion de la RN9 fermée à la circulation. Le président du conseil exécutif n'a pu que constater que le glissement de terrain se poursuivait même si il avait ralenti.

    RN9 : le glissement de terrain ralentit légèrement mais se poursuit

Certes le mouvement de terrain qui fissure la RN9 a très légèrement ralenti comme l'ont constaté les techniciens qui travaillent sur le site. Cependant le talus de 80 mètres de long, 30 mètres de large et d'au moins 15 mètres de profondeur continue de descendre vers la ZAC de Rivière Roche. La vitesse est passée de 4 à 3 centimètres par jour.

Les techniciens ont depuis posé des drains pour évacuer l'eau sous pression retrouvée sous la bosse. 400 000 euros ont déjà été engagés par la CTM.

Concernant l'eau retrouvée dans les failles, des analyses auraient révélé la présence de chlore dans le liquide. Ce qui signifierait qu'il s'agit d'eau issue d'une canalisation d'eau potable. Pour l'instant, Odyssi, en charge de la distribution d'eau potable sur le secteur, assure que ses analyses ne démontrent pas qu'il s'agit d'eau potable.

La possibilité d'une déviation

AMJ RN9 glissement de terrain

En attendant que ce mystère soit résolu, les services routiers de la CTM planchent sur une réouverture partielle de la RN9 entre le rond point de Dorothy et le pont de Chateauboeuf. Les automobilistes en provenance de l'Etang Z'abricot, de Dillon et de la Zac pourrait circuler vers Chateauboeuf sur le tracé de la RN9 avant de bifurquer vers la voie d'en face réduite à deux fois une voie et ainsi contourner la zone du glissement de terrain. Là encore, ce dispositif n'est qu'à l'état de projet et Alfred Marie-Jeanne s'est bien gardé de donner une date de mise en oeuvre.

Le reportage de Béatrice Vandevoorde :

 

...