Viandes rouges et charcuteries sont-elles cancérogènes ?

Par 28/10/2015 - 15:35 • Mis à jour le 28/10/2015 - 15:35

Saucisses, jambon, salami, et dans une moindre mesure les viandes, bœuf, porc, ou encore d'agneau pourraient favoriser le cancer selon une étude internationale publiée lundi par l'agence cancer de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). C'est là un véritable coup dur pour les amateurs de viandes et charcuterie.

    Viandes rouges et charcuteries sont-elles cancérogènes ?
Parmi les cancers les plus fréquemment associés à la viande on retrouve le cancer colorectal et dans une moindre mesure les cancers de la prostate et du pancréas, toujours selon l'étude internationale publiée lundi par l'agence cancer de l'OMS. L'information devrait porter un nouveau coup à la consommation et à la filière de la viande. Mais attention, c'est une information à prendre avec du recul, de plus cela ne signifie pas que vous devez arrêter de manger de la viande rouge ou transformée. En revanche si vous en mangez beaucoup, vous devriez peut-être penser à revoir vos portions.

Comment réagissent les professionnels du secteur ?

Joseph Claude est boucher à Fort-de-France depuis 43 ans et il n’est pas plus inquiet que ça, selon lui il faut surtout relativiser. "Si on mange de la charcuterie, de la viande et qu'on reste sur place on aura des soucis... ça fait 43 ans que je mange de la viande en quantité, je fais du sport et je me porte très bien ! Manger de la viande c'est bon pour le muscle, en revanche il faut éviter de manger trop de viandes en sauces." a t-il indiqué.

Depuis ce lundi chez les bouchers charcutiers, les clients n’arrêtent pas de parler de cette nouvelle étude publiée par l’OMS ! Chacun a son avis, certains ironisent même…"Je me demande ce que je devrais manger", se questionne une jeune femme. Un peu plus loin une autre nous indique que son mari "aime ça" et qu'elle a "intérêt à lui ramener une entrecôte ce soir."

En conclusion; il est intéréssant de se rappeler que c'est l'abus qui nuit...

Audrey Ollon et Pascal Michaux