Au procès Bodol, les accusés et les témoins se succèdent à la barre

Par • Mis à jour le 18/09/2019 - 09:24

La première journée du procès des auteurs présumés de l'enlèvement ayant entraîné la mort de Georges Bodol s'est déroulée hier (17 septembre 2019). Les accusés n'ont pas nié leur implication même si leur attitude a divergé à la barre.

    Au procès Bodol, les accusés et les témoins se succèdent à la barre

C’est par l’audition des témoins que cette première journée d’audience s’est refermée. Ainsi se sont succédé à la barre la femme qui a aperçu le pick up en flammes et qui a prévenu le conducteur. L’agent de sécurité qui a ouvert la portière de la voiture malgré l’importante fumée, et qui en a sorti l’homme ligotée et inconscient a lui aussi raconté la scène.

Le sergent chef d’une caserne des sapeurs pompiers, alerté au départ pour un incendie de véhicule a lui également témoigné. Tous se sont accordés sur le ligotage en règle de la victime avec un décamètre souple.

Plus tôt dans la matinée, les accusés sont intervenus à la barre. Ils se sont montrés très loquaces tous les deux mais pas sur le même ton.

Georges Matinda s’est confondu en excuses auprès des proches de la victime. La présidente a par ailleurs rappelé son comportement exemplaire en prison. De son côté, Raphaël Nandor, le verbe haut, a clairement contesté son incarcération, insoutenable et injustifiée selon lui.

L’audience se poursuit aujourd’hui.

Tags