Catherine et Charles Conconne bénéficient d'un non-lieu dans l'affaire des Vedettes Madinina

Par 23/08/2016 - 14:02 • Mis à jour le 23/08/2016 - 14:02

Suspectée de recel d'abus de bien sociaux dans l'affaire dite des Vedettes Madinina, Catherine Conconne a bénéficié d'un non-lieu. Charles son frère est lui aussi épargné par la justice alors qu'il était poursuivi pour détournement de fonds publics. Egalement inquiété dans cette affaire, Eric Mongérand, le compagnon de Catherine Conconne a obtenu un non lieu-partiel. Il sera poursuivi pour d'autres faits.

    Catherine et Charles Conconne bénéficient d'un non-lieu dans l'affaire des Vedettes Madinina
Conseillère territoriale et adjointe au maire de Fort-de-France, Catherine Conconne a bénéficié d'un non-lieu dans l'affaire des Vedettes Madinina. L'élue PPM était poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux. La justice lui reprochait d'avoir reçu en 2007 un prêt de 15 000 de l'entreprise de transport maritime. L'argent était destiné à son magasin de chaussures "Les deux font la paire". Sur ce point précis, la justice a considéré que les faits étaient prescrits.

"Mes détracteurs politiques avaient profité de cette affaire pour rajouter ce qu'il ne fallait pas rajouter de mensonges et de contre-vérité. Pendant une année je suis restée extrêmement sereine. Je n'ai fait aucune déclaration, je n'ai pas fait de wélélé ici ou là. La décision tombée non seulement pour moi mais également pour mon frère et mon conjoint accusés de choses très lourdes. Il n'y avait dans mon affaire précisément aucune entremise de fonds publics puisque cette affaire remonte à 2007 alors que les premiers fonds publics sont arrivés dans la société en 2013", a commenté Catherine Conconne.

Un an d'instruction

Charles Conconne, frère de, a donc lui aussi été épargné par la justice. Actionnaire au moment des faits puis gérant des Vedettes Madinina depuis mai 2014, il était notamment poursuivi pour détournement de fonds public entre novembre 2013 et avril 2014. Un non-lieu a aussi été prononcé en sa faveur.

"Il avait été mis en examen en juillet 2015 pour des infractions qui lui étaient reprochées d'abus de biens sociaux, d'abus de confiance et de recel. Un certain nombre d'investigations ont été mises en oeuvre et il est apparu effectivement que monsieur Charles Conconne n'avait commis aucune infraction. Ce pourquoi le juge d'instruction a rendu cette ordonnance de non-lieu", a précisé maître Philippe Sénart, avocat de Charles Conconne.

Les gérants de l'entreprise de transport étaient accusés d'avoir utilisé une partie d'une subvention de 1,1 millions d'euros versée par le Conseil général pour rembourser les dettes sociales de la société plutôt que pour l'équipement des navires.

Si Eric Mongérand, le compagnon la femme politique, a lui aussi bénéficié d'un non lieu pour ce volet de l'affaire, il n'en a pas fini avec la justice. En effet, il devra comparaître dans le cadre de la procédure du "plaider-coupable" pour non tenue d'assemblée générale et la présentation d'un compte courant débiteur.

Karl Lorand, Jessica Dantin et Jean-Marc Pulvar