Deux Français et trois Saint-Luciens jugés pour trafic de stupéfiants

Par 21/06/2021 - 19:47 • Mis à jour le 21/06/2021 - 19:39

Deux Français et trois Saint-Luciens sont jugés cet après-midi pour toute une série de délits, notamment pour trafic de stupéfiants, suite à l'interpellation d'une yole qui venait de livrer des marchandises illicites en Martinique en mai dernier.

    Deux Français et trois Saint-Luciens jugés pour trafic de stupéfiants

Drogues et arme à feu

Dans la nuit du 12 au 13 mai, une yole qui venait de livrer des marchandises illicites en Martinique avait été interpellée dans le canal de Sainte-Lucie par le patrouilleur militaire La Combattante. Les personnes à bord et les individus ayant réceptionné un kilo et demi d’herbe de cannabis sont donc jugés aujourd’hui. 

Une arme à feu et deux chargeurs de 15 cartouches ont également été retrouvés lors de l'interpellation de ces cinq hommes. Certains des Saint-Luciens interpelés indiquent ne rien avoir à faire avec un quelconque trafic de drogue mais reconnaissent plutôt le transport d'étrangers en direction de la Martinique. Ils parlent même de pêche et d'un problème d'avarie qui les auraient conduit près des côtes martiniquaises. Plusieurs versions qui laissent les juges et l'avocat général plutôt perplexes. 

Près de 30 000 euros et une arme retrouvés à Taupinière

Pour l'heures, l'audience a démarré assez tardivement par rapport à l'horaire initialement prévu. Les faits ont été lus et les cinq hommes sont tour à tour identifiés. La justice tente d'identifier qui sont les personnes qui auraient jeté par dessus bord trois ballots de drogue. Cette marchandise aurait atterri à 400 mètres de fond. Les hommes de la marine nationale qui surveillaient la yole via des jumelles infrarouges sont catégoriques : il s'agirait de ballots de drogue. 29 900 euros ont aussi été retrouvés dans la mangrove de Taupinière au Diamant cette nuit-là. Un véhicule contenant un pistolet Glock à également été découvert à proximité.

Deux hommes d'origine martiniquaise tentaient quant à eux de se cacher dans la mangrove. L'un d'eux a reconnu devant les gendarmes d'avoir transporté la somme d'à peu près 30 000 euros jusqu'au lieu d'interpellation.

Une demande en nullité a été déposée par l'un des avocat des prévenus. L'audience se poursuit.

Tags