Le prochain bâtonnier de Fort-de-France choisi samedi par ses pairs

Par 20/06/2015 - 14:12 • Mis à jour le 20/06/2015 - 14:12

Les avocats du barreau de Fort-de-France se réunissent ce samedi 20 juin pour élire leur futur bâtonnier. Ce dernier prendra ses fonctions pour la mandature 2016/2017. Cette élection doit se dérouler dans le cadre d'une assemblée générale élective à huis clos. A la clôture du dépôt des candidatures, deux avocats se sont déclarés candidats aux suffrages de leurs pairs.

    Le prochain bâtonnier de Fort-de-France choisi samedi par ses pairs
Les avocats du barreau de Fort-de-France ont rendez-vous ce samedi 20 juin à partir de 9:00 (heure locale) en Assemblée Générale Elective à huis clos. Il s'agit pour eux d'élire leur "primus inter pares", en l'occurrence, leur bâtonnier pour une durée de deux ans.

Si la tradition du dauphinat a disparu, la réforme du mode d'élection du bâtonnier prévoit que durant les 6 mois qui le sépare de sa prise de fonction, le nouveau bâtonnier élu participe au conseil de l'ordre avec avis consultatif. Il ne pourra pas prendre part aux délibérations du conseil, sauf s'il en est déjà membre. Cette présence au conseil de l'ordre du bâtonnier nouvellement élu six mois avant sa prise de fonction officielle le 1er janvier 2016 doit lui permettre de se familiariser avec les affaires du barreau.

Reste que c'est un barreau composé de près de 200 avocats qui est appelé à procéder ce samedi matin à l'élection du successeur de l'actuel bâtonnier Me Raphaël Constant. A la date de clôture des candidatures, deux candidats se sont déclarés. Me Dominique Nicolas dont la prestation de serment remonte au 22 avril 1994. Il aura face à lui une avocate en la personne de Me Monique Ursulet-Marcelin. Fille de l'ancien bâtonnier Emmanuel Ursulet, trésorière du conseil de l'ordre en exercice, elle avait prêté serment le 11 décembre 1997.

Ces dates ne sont pas sans intérêt quand on sait que pour être éligible à la fonction de bâtonnier, il faut avoir exercé au moins trois ans. De l'avis d'un vieux connaisseur du barreau de Fort-de-France, les jeux sont très ouverts, chacun ayant des avantages et des inconvénients aux yeux de leurs pairs.
Un autre évoque un risque de scrutin serré avec avantage pour le premier. Les deux candidats ont présenté leur projet devant l'Union des jeunes avocats du barreau. Un groupe qui, au vu du nombre de jeunes inscrits au barreau, pourrait peser sur le résultat de l'élection.

Outre la grande jeunesse, c'est un barreau composé à environ 67% de femmes qui va devoir faire son choix ce samedi 20 juin 2015. Faut-il rappeler que le bâtonnier, le premier parmi ses pairs, est le porte-parole des avocats de son barreau et qu'il joue à la fois du rôle de conseil, de prévention et de conciliation, qu'il assure la présidence du conseil de l'ordre et qu'il est autorité de poursuite.

A cela, il faut ajouter la gestion du quotidien. A cet égard, le nouveau bâtonnier aura fort à faire tant la situation est dramatique, selon une avocate. Et de pointer du doigt, le manque de magistrats ou leur défaillance pour cause de maladie sans oublier le manque de greffiers.
Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci.