Les autorités mobilisées autour de la prison de Ducos

Par • Mis à jour le 28/11/2017 - 11:45

Le conseil d'évaluation du centre pénitentiaire de Ducos s'est réuni lundi après-midi (28 novembre 2017). Les trois suicides survenus en moins d'un mois auxquels s'ajoutent deux tentatives ont contraint les autorités judiciaires à convoquer cette réunion extraordinaire.

    Les autorités mobilisées autour de la prison de Ducos

Hier se tenait au centre pénitentiaire une réunion extraordinaire du conseil d'évaluation pour aborder la série des suicides des dernières semaines.

Le préfet, le procureur, le directeur du centre pénitentiaire, le président du Tribunal de Grande instance et une quinzaine d'autres représentants de l'administration et de justice avaient rendez-vous à Ducos dans l'après-midi.

Une réunion annuelle qui a duré plusieurs heures pour faire le point sur le plan d'action à mettre en place afin de facilité les échanges visant à lutter contre les suicides à Ducos.

Les services de l'Etat misent sur l'amélioration du système d'information pour une meilleure prise en charge des détenus dès leur garde à vue ou leur incarcération. Un protocole a d'ailleurs été signé en ce sens. Il s'agira ensuite de mettre en place une convention au droit à destination des détenus et de leur famille.

Au delà des mesures d'urgence, le plan d'action devra être prêt dès le 15 décembre prochain selon le préfet. Le conseil dévaluation lui prévoit déjà de se réunir dans 3 mois.

En marge de cette rencontre, le directeur de la prison, Philippe Pasquier a livré des pistes expliquant les raisons de la vague de suicides. "Il y a une explication objective. Le taux de surpopulation en 2015-2016, avec 1100 personnes hébergées, des matelas au sol, c'est triste à dire mais cela provoquait l'impossibilité matérielle de s'isoler pour mettre fin à ses jours. À cette période, les souffrances personnelles étaient placées au second plan. Ce qui comptait c'était la gestion de la surpopulation. À partir du moment où les gens se retrouvent dans une intimité plus correcte, d'autres problématiques peuvent remonter. Toutes les personnes qui se sont suicidées l'ont fait dans une cellules où elles étaient seules".