Les avocats d'Alfred Marie-Jeanne et de sa fille Maguy confirment le dépôt d'une plainte contre le parquet

Par 06/05/2016 - 01:46 • Mis à jour le 06/05/2016 - 01:46

Me Alex Ursulet et Me Corinne Boulogne Yang-Ting, respectivement avocats d'Alfred Marie-Jeanne et de sa fille Maguy, ont confirmé lors d'une conférence de presse mercredi 4 mai 2016 à Fort-de-France le dépôt d'une plainte pour faux et usage de faux contre le parquet de Fort-de-France. Ils souhaitent en outre que ce dossier soit instruit devant le TGI de Paris.

    Les avocats d'Alfred Marie-Jeanne et de sa fille Maguy confirment le dépôt d'une plainte contre le parquet
Les avocats d'Alfred et de Maguy Marie-Jeanne, Me Alex Ursulet et Me Corinne Boulogne Yang-Ting ont confirmé lors d'une conférence de presse, mercredi 4 mai 2016 à Fort-de-France, le dépôt d'une plainte pour faux et usage de faux contre le parquet en marge du dossier dans lequel leurs clients sont impliqués.

Alfred Marie-Jeanne, le président du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) et sa fille doivent comparaître à la fin de l'année pour faux et usage de faux et prise illégale d'intérets à propos d'un marché de reconstruction d'une école sur l'île de la Dominique en 2004.

Leur procès prévu le 2 mars 2016 a été reporté au 9 novembre 2016 en raison d'une constitution de partie civile émanant de contribuables martiniquais.

Les avocats sont convaincus de la présence de "graves irrégularités" émanant du parquet de Fort-de-France dans le dossier impliquant le président Alfred Marie-Jeanne et sa fille Maguy. Elles portent essentiellement sur les dates de certains documents du dossier.

Une découverte faite à lecture des originaux des pièces du dossier, deux jours avant le procès du 2 mars 2016, finalement reporté au 9 novembre 2016.

Il en va ainsi, selon Me Boulogne Yang-Ting (à partir de 10 min 11sec), d'une "requête de réquisition qui aurait été écrite le 19 avril 2010 mais reçu le 21 mars 2010, c’est à dire antérieurement à son écriture, à sa rédaction". Et l'avocate de noter que "le 21 mars 2010, c’était le 2ème tour des élections régionales". Ce qui justifierait à ses yeux le caractère éminemment politique de ce dossier.

Reste que les conseils des consorts Marie-Jeanne veulent aujourd'hui voir l'examen de leur plainte délocalisé devant le TGI de Paris.

"Cette affaire sera délocalisée. Un juge d’instruction sera nommé et ils auront à répondre de ces actes qui relèvent de la cour d’Assises", a déclaré Me Alex Ursulet lors de la conférence de presse de mercredi.
Jean-Philippe Ludon avec Yvonne Guilon
@jpludonrci.