Meurtrier présumé de Jessica Gabriel : "je suis coupable de tout ce qu'il s'est passé"

Par 25/01/2021 - 19:39 • Mis à jour le 25/01/2021 - 19:19

La première journée de procès s'est achevée aujourd'hui lundi 25 janvier à la Cour d'Assises de Martinique dans l'affaire du meurtre de Jessica Gabriel en janvier 2018 à Rivière-Pilote. Après l'étude de personnalité de l'accusé Wilfried Jean Lambert, la fille de la victime âgée de 15 ans au moment des faits a témoigné en huis clos, suivie de sa grand-mère, la mère de Jessica Gabriel. L'accusé a plaidé coupable.

    Meurtrier présumé de Jessica Gabriel : "je suis coupable de tout ce qu'il s'est passé"

Le rapport de l'enquêteur de personnalité était en décalage total avec ce qu'il ressort de l'interrogatoire, selon la présidente du tribunal aujourd'hui lundi 25 janvier. Et pour cause : l'enquêteur n'a vu que l'accusé Wilfried Jean Lambert, car peu de personnes ont voulu lui répondre. L'accusé se décrit donc comme un homme calme et serviable, bien vu par sa famille et ses collègues. Ouvrier agricole, passionné par les animaux et l'élevage, il a aussi exercé comme agent de sécurité.

Un portrait très éloigné de celui décrit par la gendarme directrice d'enquête

C'est un portrait aux antipodes de celui brossé par la gendarme directrice d'enquête, qui rappelle les faits survenus en janvier 2018. 

Ce soir là, un peu plus de deux semaines après qu'elle l'ait quitté, Wilfried Jean Lambert s'est rendu au domicile de Jessica Gabriel pour lui demander des lunettes 3D pour une séance de cinéma. Ils discutent, puis l'homme part.

Dans la nuit, la fille de la victime, 15 ans au moment des faits, découvre son ex beau-père dans sa chambre. Elle crie, sa mère s'interpose, puis les deux adultes quittent la chambre. La jeune fille reste sur place, mais entend un peu plus tard sa mère crier. L'homme revient avec un couteau ensanglanté. Il la viole trois fois au cours de la soirée, dont une à quelques centimètres du corps de sa mère.

Il accepte ensuite que la jeune fille appelle les secours. A leur arrivée, les gendarmes trouvent la mère de famille dans une marre de sang : elle a sept plaies dont certaines très profondes.

Wilfried Jean Lambert est, quant à lui, parti chez une amie au Diamant. Contacté par les gendarmes, il se rend le dimanche matin devant la mairie de la commune pour être arrêté sans opposition. Selon la gendarme directrice de l'enquête, l'homme ne donne aucune explication sur son geste. Les auditions de ses ex compagnes sont accablantes : harcèlement, menaces de morts, violences jusqu'à perdre connaissance pour l'une d'elles. 

Le témoignage de la mère de Jessica Gabriel décrit un homme courtois, et serviable au début, qui jouait même aux dominos. Et puis il a changé. Jessica Gabriel a voulu le quitter à plusieurs reprises, mais il refusait, et la mère de la victime déclare à la barre :

Jessica ne méritait pas ça, je ne comprends pas et encore moins ce qu'il a fait à sa fille

L'accusé plaide coupable

1m75, 95 kilos, Wilfried Jean Lambert se présente un peu plus tôt à la barre. L'homme à la corpulence plutôt musclée porte un tee-shirt bordeaux à manches courtes, un jean et des baskets. Il parle peu, voire pas du tout, malgré les questions répétées de la présidente, qui lui rappelle plusieurs fois de se positionner face au micro.

Puis à la question "que plaidez-vous ?", la réponse de l'accusé est plus claire :

Je suis coupable de tout ce qu'il s'est passé, je reconnais tout ce que j'ai fait

Outre cette déclaration, la détention de l'accusé se passe bien mais l'homme, solitaire depuis l'enfance, refuse tout loisir. Il n'a pas d'affinité particulière avec les autres détenus. Concernant les femmes, il répète qu'il ne s'entend pas avec la mère de sa fille et qu'il n'est pas colérique, mais "peut-être jaloux parfois".

Le procès, qui devrait durer quatre jours, se poursuit demain, et la journée devrait être très intense, avec l'audition des ex compagnes avant le rapport du légiste.

Tags