Procès Doure : le principal accusé demande à ses avocats de ne pas plaider

Par 30/09/2016 - 19:12 • Mis à jour le 30/09/2016 - 19:12

Le procès pour trafic de cocaïne qui anime le tribunal correctionnel de Fort-de-France devrait s'achever ce vendredi après-midi (30 septembre 2016). Le dernier jour d'audience a vu le principal accusé refuser que ses avocats plaident en sa faveur devant les juges. Les avocats des autres prévenus ont eux dénoncé un dossier incomplet.

    Procès Doure : le principal accusé demande à ses avocats de ne pas plaider
Ce vendredi matin (30 septembre 2016), c'est une salle d'audience pleine que les plaidoiries ont repris dans l'affaire Doure.

Lorsque vient le tour des avocats du principal prévenu, Kévin Doure, un Joséphin de 31 ans, ce dernier refus qu'ils plaident pour lui. Appelé à la barre, celui que l'on surnomme le parrain de la blanche, parle d'un procès joué d'avance. Selon lui, cette juridiction interrégionale spécialisée est déloyale.

Un accusé agité

Pour maitre Michel Stansal, l'un de ces avocats, son est désespéré, ce qui expliquerait sa réaction. Pendant toute la matinée, Kévin Doure s'est montré agité dans le boxe des accusés. Tapant parfois du pied, soupirant et se moquant ouvertement des autres plaidoiries, il semblait impatient que le procès s'achève.

Lors des plaidoiries des avocats des autres prévenus, Kévin Doure s'est même levé brusquement demandant à quitter la salle et contestant l'ordre de passage des plaidoiries.

La plupart des avocats de la défense ont plaidé pour la relaxe de leur client. Tous avancent les mêmes arguments : un dossier incomplet, bancal, monté dans la précipitation. La principale pièce du dossier, la drogue, n'a en effet jamais été retrouvée.

Un tonne et demi de cocaïne

Pour rappel, les douze prévenus sont accusés de trafic de cocaïne entre la Vénézuela, la Martinique et Paris. Une demie-tonne de cocaïne avait été retrouvé dans des conteneurs au Havre et à Fort-de-France en 2013. Une tonne et demi de cocaïne dont la propriété a été attribuée au principal accusé du procès aurait également été volée par certains des prévenus présent dans le box des accusés.

Un vol qui aurait conduit à des représailles dont le meutre d'un homme de 29 ans, Rodny Moundras, au quartier Godissard à Fort-de-France le 26 février 2014.

Le jugement est attendu pour 16 heures.

Olivia Lebrun
Edition : Karl Lorand