Un jour de plus pour le procès de Gaëtan Nabi

Par 22/09/2016 - 14:33 • Mis à jour le 22/09/2016 - 14:33

Le procès du principal accusé d'un double homicide commis en Guadeloupe en 1999 devait s'achever mercredi soir (21 septembre 2016). À la demande de la défense, l'audience a été suspendue vers 19 h 30 et reprend ce jeudi matin (22 septembre 2016). Le verdict est attendu dans la journée.

    Un jour de plus pour le procès de Gaëtan Nabi
Alors que tout laissait penser que le procès en appel de Gaëtan Nabi se terminerait hier soir, ses avocats et notamment le ténor du barreau de Lille, Eric Dupont Moretti ont demandé une suspension d'audience. Les défenseurs du principal accusé du double homicide ont mis en avant la fatigue des jurés.

"On a constaté qu'il était huit heures du soir et que le parquet n'avait toujours pas pris ses réquisitions. Nous avons estimé que la cour ne pouvait pas délibérer la nuit. Strasbourg (Cour Européenne des Droits de l'Homme) a jugé que les procès tardifs auxquels la France était habituée devaient être condamnés. À l'évidence notre demande est légitime et justifiée. On ne peut pas plaider devant des jurés qui sont fatigués", a justifié maitre Eric Dupont-Moretti, avocat de la défense.

"Nous c'est notre métier mais les jurés il faut se mettre à leur place. La justice ne peut pas être rendue dans ces conditions là. Si ceux qui parlent de stratégie pensent que la fatigue n'est pas ce monde et qu'elle ne touche pas les juges et les jurés, je n'ai rien à répondre à cela", a-t-il ajouté.

"Il aurait du se mettre à la place des victimes"

Du côté de la famille des victimes, on regrette cette prolongation du procès. "Je trouve cela injuste. Il aurait du se mettre à la place des victimes. Le premier procès a duré jusqu'à minuit en Guadeloupe. On voit la fatigue, tout le monde est fatigué mais vu que monsieur Nabi parle de son état de santé, les victimes aussi ont leur état de santé. Mais au lieu de risquer d'aller en cassation, il vaut mieux attendre un jour de plus. On va pas revivre une douleur une troisième fois", a commenté Vanessa Sital, soeur d'une des victimes.

Pour rappel, Gaétan Nabi, 69 ans a été condamné en 2014 par la cour d’assises de Basse-Terre en première instance à la réclusion criminelle à perpétuité. Il était poursuivi pour arrestation, enlèvement, et torture suivie de mort. Le septuagénaire était accusé d’avoir fait disparaitre les corps de Fred Sital et Didier Rigolet. C’était en 1999. Les 3 autres co-accusés qui n’ont pas fait appel avaient été condamnés à des peines allant de 20 à 30 ans de prison.

Le procès reprend ce jeudi matin à 9 heures. Le verdict est attendu dans la journée.

Karl Lorand et Yvone Guilon