Audrey Pulvar au centre d'une polémique sur les "réunions non-mixtes"

Par 28/03/2021 - 07:58 • Mis à jour le 28/03/2021 - 07:56

L'ancienne journaliste et candidate aux élections régionales en Ile-de-France Audrey Pulvar est au cœur d'une polémique depuis hier (samedi 27 mars) au sujet des "réunions non-mixtes".

    Audrey Pulvar au centre d'une polémique sur les "réunions non-mixtes"

La candidate socialiste à la présidence de la région Ile-de-France s'est attirée les foudres de la droite et de l'extrême droite. Elle a déclaré hier sur BFMTV que les réunions "non-mixtes" entre personnes touchées par le racisme ne la "choquait pas profondément", et qu'il devait être possible de demander aux personnes blanches qui souhaitaient y assister de se taire.

Ces propos ont provoqué des commentaires indignés à droite, à l'extrême droite et jusque dans la majorité présidentielle. Le Rassemblement national a dénoncé une haine anti-blanc. Marine Lepen a ainsi demandé que le parquet engage des poursuites pour provocation à la haine raciale. 

Geoffroy Didier, le vice-président du parti Les Républicains exige quant à lui des excuses auprès de la République. Et Rachida Dati, Les Républicains, considère cette prise de position comme ségrégationniste.

La tête de liste LREM en Ile-de-France, Laurent Saint-Martin, a dénoncé une "forme d'essentialisme" qui "est à la base de la construction de la pensée raciste".

Face à cette levée de boucliers, Audrey Pulvar a cependant reçu le soutien de plusieurs personnalités de gauche, à commencer par celui de Jean-Luc Mélenchon. "Audrey Pulvar n'est pas raciste ! Elle a juste compris ce qu'est un groupe de parole", a estimé le chef de file de la France insoumise sur Twitter.

Tags