CTM : une tension palpable avant la dernière plénière de l'année

Par • Mis à jour le 19/12/2017 - 08:36

L'ultime plénière de l'année 2017 se tient ce mardi et ce mercredi (19 et 20 décembre 2017). Les tensions des derniers jours au sein de la majorité pourraient se matérialiser dans l'hémicycle territorial notamment lors de l'examen du dossier de l'usine du Galion.

    CTM : une tension palpable avant la dernière plénière de l'année

Il y à peine une semaine, Alfred Marie-Jeanne lançait un anathème irréversible à l'encontre de Jean-Philippe Nilor et Claude Lise. Aujourd'hui, le président du Conseil Exécutif, le chef du groupe des Patriotes à l'Assemblée et le président de l'Assemblée se retrouvent en séance plénière.

Et quand on est face à un homme imprévisible comme Alfred Marie jeanne, il est difficile de prévoir ce qui pourrait se passer en séance plénière aujourd’hui. Alors c’est vrai que le président du MIM a déjà pris les devants, criant au complot contre lui. Un complot ourdit par Jean-Philippe Nilor et Claude Lise contre lui. Deux hommes qui sont pourtant Deux élus de sa majorité. Deux élus qui se seraient laissés  manipuler par le PPM pour déstabiliser sa majorité ou pour le faire condamner et l’éliminer de la scène politique.

Des accusations que réfutent le député du sud et le président de l’assemblée. Malgré ces dénégations, le patron du MIM a non seulement déjà indiqué qu’un remariage ne sera plus possible et il a surtout promis d’autres déclarations fracassantes. Fracassantes à quel niveau ? Serait-ce avec la preuve de ce qu’il appelle un complot contre lui ? 

Une chose est certaine, le dossier du raccordement de l'usine sucrière du Galion à l'usine Albioma II, programmé aujourd’hui en plénière, pourrait envenimer les débats. Parce que au sein même du MIM, tous les élus ne sont pas forcément d’accord avec le raccordement de la sucrerie à Albioma.

Et Alfred Marie Jeanne a accusé ceux qui y sont favorables de faire le jeu du PPM qui a porté le projet. Le PPM ? : il suffit juste d’en parler pour agacer le président du MIM. Alors On risque encore de casser du sucre aujourd’hui à Plateau Roy mais, cette fois, dans un face à face entre élus qui ont des choses à se dire avec un résultat qui aura le mérite d’être encore plus clair.