Concertation du PADDMA : les maires s'inquiètent de ne pas avoir leur mot à dire

Par 16/03/2021 - 16:52 • Mis à jour le 16/03/2021 - 16:40

La concertation a débuté hier (lundi 15 mars) dans l'élaboration du PADDMA (plan d'aménagement et de développement durable de Martinique) entre une partie des maires du nord de l'île et la CTM. Mais cette première réunion a surtout été le reflet des inquiétudes des différents maires quant à leur rôle décisionnel dans ce dossier.

    Concertation du PADDMA : les maires s'inquiètent de ne pas avoir leur mot à dire
Réunion de concertation pour l'élaboration du PADDMA hier (lundi 15 mars) à Case Pilote ©AC / RCI Martinique

Un système de concertation pour l'élaboration du plan d'aménagement et de développement durable

C'est à Case-Pilote que la concertation a débuté hier pour l'élaboration du PADDMA (plan d'aménagement et de développement durable de Martinique). Une partie des maires du nord de l'île, à savoir ceux de Bellefontaine, Fonds-Saint-Denis, Morne-Rouge, Carbet, Morne-Vert et Case-Pilote, ont rencontré la CTM, représentée notamment par le président du conseil exécutif Alfred Marie-Jeanne et le conseiller exécutif Louis Boutrin.

Réunion PADDMA
Réunion de concertation pour l'élaboration du PADDMA à Case Pilote ©AC / RCI Martinique

Le PADDMA doit remplacer le SAR (schéma d'aménagement régional), et sera ainsi composé de plusieurs membres : les services de l'Etat, les maires et leurs représentants, les trois communautés d'agglomération, le parc naturel de Martinique, la chambre d'agriculture, la CCIM, et la chambre des métiers de Martinique.

Les maires inquiets du grand nombre d'acteurs sollicités pour cette concertation

Or le nombre important d'acteurs différents inquiète les maires quant à leurs propres pouvoirs décisionnels sur l'aménagement de leur territoire. C'est ainsi le sujet qui a occupé la réunion hier soir. 

Pour les maires, la multiplication des acteurs dans l'élaboration du PADDMA représente un frein pour les élus locaux, qui n'ont plus la décision finale, comme l'explique Lucien Saliber, le maire du Morne-Vert :

Aujourd'hui nous n'avons pas droit à la décision finale. Aujourd'hui, nous voulons enlever un premier mille-feuille qui existe : le SAR notamment, mais ce n'est pas pour en rajouter un autre qui risque d'être très éloigné de nous. Nous voulons conserver un minimum de décision sur les choses que nous connaissons parfaitement et qui touche notre territoire

Les maires ont également soulevé l'illogisme de certaines décisions prises au niveau national, qui sont aujourd'hui des freins à l'aménagement du territoire. C'est notamment le cas de la loi Alur qui établit la transformation de terrains constructibles non utilisés en terrains agricoles ou forestiers, comme l'affirme le maire de Case-Pilote, Ralph Monplaisir : 

Mme Duflot a fait passer la loi Alur. Cela a fait que beaucoup de personnes qui avaient un terrain constructible se sont retrouvées en deux minutes propriétaires d'un terrain agricole ou forestier. Et nous avons après des discussions dans le cadre du plan local d'urbanisme

Les concertations doivent cependant se poursuivre tout au long de l'année pour aboutir à la présentation du PADDMA prévue en décembre 2021.

Pour la CTM, il s'agit d'une "co-élaboration"

Pour la CTM, il est important de rassurer les maires et leur montrer que la concertation se poursuit jusqu'à la présentation finale du PADDMA, en décembre prochain, comme l'explique Louis Boutrin, conseiller exécutif :

Nous sommes dans une co-construction et une co-élaboration à chaque étape au niveau des enjeux et du diagnostic. Ensuite, lors des orientations stratégiques, nous allons revenir auprès des maires. Nous avons toute une série de concertations et à chaque fois nous retournons vers la base

Tags