Elections à la CTM : sur qui Alfred Marie-Jeanne peut-il compter ?

Par 09/03/2021 - 20:50 • Mis à jour le 09/03/2021 - 20:31

Alors que la prochaine échéance électorale approche à grands pas, Alfred Marie-Jeanne a d'ores et déjà annoncé qu'il briguait un nouveau mandat à la tête de la CTM. Sous le feu des projecteurs, l'actuel président du conseil exécutif a pourtant vu l'explosion de diverses alliances, et la fuite de nombreux militants. Alors peut-on aujourd'hui identifier les soutiens qui lui permettraient de gagner le scrutin de juin prochain ?

    Elections à la CTM : sur qui Alfred Marie-Jeanne peut-il compter ?

Explosion du Gran Sanblé et éloignements d'anciens partisans

Tous les états-majors politiques sont aujourd’hui conscients qu’il leur faudra de solides arguments pour mobiliser un électorat qui boude habituellement les urnes, exception faite du noyau dur de militants toujours derrière leur leader.

Et comme personne n’est en mesure d’y aller seul, il faut absolument trouver des partenaires afin de constituer une équipe qui ratisse au plus large pour gagner ce scrutin de juin prochain. La question des partenaires est donc devenue un casse-tête pour les divers prétendants, et en particulier pour Alfred Marie-Jeanne.

Le cas du Gran sanblé pour ba péyi-a en chans, voulu par Alfred Marie-Jeanne, Claude Lise et Yann Monplaisir, est à ce titre exemplaire. Cette alliance improbable, bricolée entre deux tours, avait séduit et triomphé en décembre 2015. Mais certains alliés d’Alfred Marie-Jeanne lui reprochent très vite d’avoir confisqué tous les pouvoirs à la CTM. L'alliance explose donc en plein vol, sitôt après le décollage.

A cela s'ajoute la distance qu'ont pris certains élus patriotes avec leur leader. Selon ces derniers, le président du conseil exécutif de la CTM ne supporte pas la moindre divergence de point de vue et n’accepte aucune forme de débat au sein du MIM. Déçus, ils se sont empressés de quitter le parti. 

Mais cette scission au sein de l’état-major du MIM et dans la cohésion de l’alliance n’a pas pour autant fragilisé la détermination du patron du MIM. C’est ce que maintiennent ses partisans qui le félicitent d’être déjà reparti en campagne. Car Alfred Marie-Jeanne laboure le terrain depuis longtemps dans chaque ville, et chaque quartier. Selon certains, il en profiterait d'ailleurs pour distribuer des secours et des aides, tout en implantant des comités de soutien sur son passage.

Repartir à la conquête de la CTM entouré de soutiens fidèles 

Malgré l'explosion du Gran Sanblé, Alfred Marie-Jeanne reste malgré tout convaincu qu'il peut encore mobiliser derrière lui seul. 

Il sait par ailleurs qu’il pourra s’appuyer sur le soutien de plusieurs élus : José Mirande, le nouveau maire du Marin, explique encore aujourd’hui à qui veut l’entendre que le président Marie-Jeanne n’a pas démérité. Le candidat Marie-Jeanne pourra aussi compter sur ceux qui auraient, dit-on, du mal à exister sans lui : les communistes ou les membres du mouvement Asé pléré annou lité !

D’autres élus qui lui sont fidèles tels qu'Eugène Larcher aux Anses d'Arlets et Gilbert Couturier au Gros-Morne seront à ses côtés. On nous annonce également un consensus avec le maire de Sainte-Anne, Jean-Michel Gémieux.

Certains militants du MIM sont par ailleurs convaincus que Justin Pamphile pourrait les rejoindre. A travers ce scrutin et son soutien, le maire du Lorrain semble vouloir tirer au moins deux cartes : l’une qui pourrait faire de lui un homme fort au sein de l’assemblée de Martinique ; et l'autre qui pourrait lui faire marquer beaucoup plus de points aux  législatives de 2022 dans le nord. Les observateurs diront ainsi du maire du Lorrain qu'il nourrit beaucoup d’ambition et qu'il a su choisir le bon sens du vent au bon moment. 

D'autres maires hésitent et restent discrets

D’autres maires se tâtent à rejoindre les rangs. D'autant que beaucoup affirment que le patron de Plateau Roy sait se montrer généreux quand il se met à récompenser.

Une autre adhésion probable qui n'est pas surprenante est celle de Philippe Edmond Mariette. L’avocat espèrerait pouvoir enfin décrocher le gros lot à travers ce scrutin de la CTM. Philippe Edmond Mariette reste pour l'instant discret sur l’avancée de sa réflexion. Lui qui a d’abord été l’avocat d'Alfred Marie-Jeanne sur des dossiers sensibles de la CTM a sans doute eu tout le loisir d’avancer quelques pions. Chemin faisant, il a gravi des marches stratégiques auprès du leader du MIM, et attend certainement que le président lui fasse une somptueuse proposition : celle d'un vrai rôle à la CTM à venir. L’ancien député a même participé à une réunion du MIM à Ajoupa-Bouillon. On l’a vu confortablement installé à la table officielle des cadres du parti.

Pour les autres soutiens, il n’y a pas de doute quant à leur loyauté sans faille à celui sans lequel ils auraient le plus grand mal à exister : Daniel Marie Sainte, Lionel Dérose, Francis Carole, et surtout Louis Boutrin.

Tags