L'Etat et la CTM signent un accord territorial pour la refondation de la Martinique

Par 11/02/2021 - 15:00 • Mis à jour le 11/02/2021 - 14:21

C'est un plan chiffré à 374 millions d'euros sur lequel l'Etat et la CTM s'engagent ce jeudi (11 février 2021). Fort de 11 points, il s'agit d'un large programme de refondation de la Martinique.

    L'Etat et la CTM signent un accord territorial pour la refondation de la Martinique

Cet accord territorial de relance traduit la volonté partagée de l’État, de la CTM et des acteurs économiques de soutenir la refondation économique et sociale de la Martinique autour de ces chantiers prioritaires. Les deux entités ont prévu une enveloppe globale de 374 millions d'euros, gonflée par des appuis extérieurs notamment de fonds européens.

Ces chantiers se répartissent en 11 grandes thématiques.

Favoriser les mobilités vertes

Le premier point concerne la transition énergétique, l'eau et l'assainissement et les technologies vertes. Il s'agit d'accélérer la transformation énergétique et le rattrapage des réseaux d’eau et d’assainissement. 

La rénovation énergétique des bâtiments publics de l’État et des collectivités territoriales (CTM, communes, EPCI), l'installation de bornes-recharges sous maîtrise d’ouvrage publique et privée d’ici fin 2022 pour accompagner le plan auto, plan d’investissement d’urgence pour l'eau et l'assainissement ou encore l'accompagnement au développement d’une filière hydrogène sont quelques-uns des exemples mis en avant pour une enveloppe totale de 104 millions d'euros.

Le plan de refondation prévoit d'accompagner les mobilités respectueuses de l’environnement et investir dans les
grandes infrastructures de transport. Au rang des projets évoqués, l'extension du TCSP, celle de l'aéroport du Lamentin, la création de l'aérodrome de Basse-Pointe ou encore la création de pistes cyclables. Des projets avancés par l'actuelle majorité en place à la CTM au cours de la mandature écoulée. Le budget envisagé est de 66,8 millions d'euros.

Des bâtiments résistants aux catastrophes

Dans ce plan, on trouve également la prévention des risques naturels pour améliorer la résilience du territoire face aux risques majeurs et mieux protéger la biodiversité. Avec une enveloppe de 93,2 millions d'euros, la CTM et l'Etat veulent favoriser la rénovation de leur patrimoine immobilier pour proposer un maillage du territoire par des bâtiments résistants, en mesure d’accueillir les populations et assurer la continuité des services essentiels en cas de crise majeure.

La transition agricole et maritime pour tendre vers la souveraineté alimentaire en 2030 est également au programme. Pour se détacher de la dépendance aux importations, les acteurs du plan de refondation veulent accélérer la transformation agricole, la diversification végétale et améliorer les embarcations de pêche. Le tout pour un montant de 89 millions d'euros.

Des actions fortes seront menées par l’Etat et la CTM pour assurer la consolidation financière des entreprises, leur digitalisation et leur montée en gamme. Le plan prévoit un budget de 86,3 millions d'euros pour soutenir l'innovation, aider à la transition numérique ou appuyer la restructuration financière.

44 millions pour le tourisme et la culture

Les 44 millions dédiés au tourisme et à la culture serviront à la réhabilitation du parc hôtelier et touristique, à la rénovation du patrimoine historique, à l'accompagnement du secteur artistique et culturel ou encore à l'appel à projets « Matnik pli bèl » pour soutenir les actions d’embellissement portées par les professionnels et les collectivités.

La formation professionnelle est également abordée dans cet accord territorial. Environ 14 millions d'euros seront consacrés à ce volet, notamment à travers l'accompagnement des bénéficiaires du RSA et des travailleurs indépendants.

C'est la plus grosse enveloppe de ce programme de restructuration : le plan Jeunes. 200 millions d'euros doivent être consacrés à faciliter l’insertion des jeunes martiniquais et des publics les plus fragiles. L'Etat et la CTM veulent renforcer le nombre de formations qualifiantes à disposition des jeunes, développer les parcours d’insertion ou encore lutter contre l’illectronisme en faveur des publics fragiles afin de favoriser leur insertion sociale.

Seulement 8 millions contre la précarité

Le neuvième volet du plan vise à garantir l’émergence de projets et de créer de l’activité, en soutenant la commande publique et en accompagnant les acteurs privés à se maintenir dans les centres-villes et les territoires. Il s'appuie également sur le constat de la nécessité d’accélérer la transformation numérique des acteurs publics pour généraliser l’offre de services accessible à distance. Pour y parvenir, 55 millions d'euros seront alloués à ce chapitre.

La lutte contre la précarité bénéficie du plus petit budget du plan avec 8,1 millions d'euros. Cette somme sera consacrée au soutien immédiat aux associations martiniquaises de distribution d’aide alimentaire, au plan de soutien aux associations de lutte contre la pauvreté, à la construction et réhabilitation d'hébergements d’urgence et à l'insertion professionnelle des personnes confrontées au risque de pauvreté et d’exclusion.

Enfin, le dernier volet est consacré à l'offre de santé. Les deux projets mentionnés dans le document sur lequel se sont accordés l'Etat et la CTM sont la reconstruction de l'hôpital de Trinité et la reconstruction du centre Emma Ventura. Au total ce sont 121,7 millions d'euros qui sont provisionnés pour cet ultime chapitre.

À noter que les budgets énoncés pour chaque chapitre comprennent les montants alloués par la CTM, l'Etat mais aussi l'Union Européenne.

Néanmoins, comme le répète souvent Stanislas Cazelles, préfet de la Martinique, "il appartient à présent aux porteurs de projets de s’en saisir". Il faudra néanmoins à l'Etat et à la CTM un énorme travail de communication pour susciter la confiance et l'intérêt autour d'un projet très technique.

Tags