La démission de Hulot ne surprend pas en Martinique

Par • Mis à jour le 28/08/2018 - 13:14

Si l'annonce de la démission de Nicolas Hulot n'était pas prévue, elle ne surprend pas vraiment les élus martiniquais. Parmi les dossiers qui ont poussé le ministre de la transition énergétique à rendre son tablier, la gestion de la crise des sargasses aux Antilles figure en bonne place.

    La démission de Hulot ne surprend pas en Martinique

Elus, journalistes ou simples observateurs : tous avaient noté la tension et le malaise qui régnaient lors de la visite de Nicolas Hulot le 12  juin dernier en Martinique. Le ministre de la transition énergétique n'avait alors pas caché son agacement face aux questions concernant la crise des sargasses aux Antilles. Et ce matin sur France Inter, après avoir pris de cours tout le monde en annonçant sa démission, Nicolas Hulot est revenu sur cet épisode : " Quand je vois en Guadeloupe et en Martinique, l’une des conséquences du changement climatique avec l’invasion des sargasses, qui pourrit la vie au quotidien…et petit à petit, on s’accommode de la gravité et on se fait complice de la tragédie en cours en gestation…je n’ai pas forcément de solution, ou en tout cas, je n’ai pas réussi à fédérer pour en trouver. " Cet aveu explique sans doute pourquoi l'encore ministre de la transition énergétique s'était montré si tendu au Robert en juin dernier. Et si c'est la chasse qui a eu raison de sa volonté à rester au gouvernement, les sargasses font aussi partie des couleuvres trop lourdes à avaler pour Nicolas Hulot.

Ce que les élus martiniquais avaient vraisemblablement pressenti. Joseph Péraste, le maire du Marigot, une commune particulièrement touchée par le problème des sargasses, a rappelé sur RCI qu'il avait annoncé la démission de Nicolas Hulot il y a deux mois. "Lors de sa visite, il s'était montré désolé que la France n'ait pas pris la mesure de la crise, précise Joseph Péraste. Il était profondément déçu et ça se sentait. L'homme a pris le dessus sur la politique, estime encore le maire du Marigot." De son coté, le maire de Sainte-Marie explique que l'ex-ministre n'avait pas la main sur de nombreux sujets importants pour la planète. Sur les sargasses, il n'a pas été écouté, ajoute Bruno Nestor Azérot qui prédit déjà d'autres démissions."