Les communautés d'agglomération et l'office de l'eau établissent des pistes de travail sur le dossier de l'eau

Par 03/09/2020 - 09:11
01/01/2020 - 00:00

Responsables de la distribution de l'eau sur leurs territoires respectifs, les trois communautés d'agglomération de la Martinique ont répondu hier à une demande d'audience de l'Office de l'Eau (ODE). Il s'agit de tirer des leçons de la crise du carême et d'éviter que cela ne se reproduise.

    Les communautés d'agglomération et l'office de l'eau établissent des pistes de travail sur le dossier de l'eau

Il y a 6 mois, la Martinique voyait la crise sanitaire du coronavirus aggravée par une sécheresse hors norme, elle même aggravée par des problèmes structurels du réseau d'eau potable.

Pour ne pas connaître une situation identique dans les années à venir, l'Office de l'eau et les trois EPCI de Martinique se sont réunis hier pour dégager des pistes de travail sur l'alimentation en eau potable. Il s'agit de ne pas attendre la crise pour prendre à bras le corps les problèmes d'un réseau très segmenté et vieillissant dans bon nombre de communes.

"Ce que nous disons, c'est qu'il faut que le prochain carême ne soit pas comme celui-ci", a prévenu Bruno Nestor Azérot, président de Cap Nord.

Les quatre organismes ont validé un plan urgence eau avec des objectifs à court, moyen et long terme. Un schéma directeur global d'adduction d'eau potable doit également être mis en oeuvre.

"Je crois que la réponse qu'il y a à apporter immédiatement c'est sur la canalisation de Séguineau. Peut être que les trois présidents d'EPCI avec Alfred Marie-Jeanne auront une action commune à mener. Le fait qu'il ne soit pas là (à la réunion, ndlr) n'est pas un problème. Demain matin, si il faut payer ensemble il faut qu'on essaye autour d'une table pour porter des réponses aux Martiniquais. C'est pour ça qu'ils nous ont élus", a commenté Bruno Nestor Azérot.

Une démarche que Claude Lise voit d'un bon oeil. Le président de l'Office de l'eau mais également de l'Assemblée de Martinique espère même que cela constitue une porte de sortie dans le dossier de Séguineau. "Les trois présidents des communautés d'agglomération sont prêts à faire une démarche auprès du président du conseil exécutif de la CTM. C'est une bonne chose. Si ils peuvent apporter un élément positif pour régler la situation c'est tant mieux", a déclaré Claude Lise.

Le président de l'ODE a insisté sur la nécessité de traiter au plus vite ce dossier sur lequel l'assemblée de Martinique a voté une délibération qui accorde une indemnisation de 225 000 euros à Jean Bally, le propriétaire du terrain où passe la canalisation de Séguineau. Une délibération qui n'a toujours pas été exécutée par Alfred Marie-Jeanne.

Selon Claude Lise, les autres solutions proposées pour fluidifier la distribution de l'eau potable ne peuvent pas pallier la défaillance de Séguineau. "Les forages, la retenue d'eau de pluie... tout cela ne peut venir qu'en appoint. Il ne suffit pas d'aller faire un forage pour croire que ça va remplace l'eau captée dans la Capot", insiste le président de l'Assemblée.

Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.