Quel logo pour la Collectivité Territoriale de Martinique ?

Par 04/08/2016 - 15:44 • Mis à jour le 04/08/2016 - 15:44

La Collectivité Territoriale de Martinique a lancé mercredi (3 août 2016) un concours pour trouver son logo. Les artistes, les étudiants, les infographistes, les designers ainsi que le grand public sont invités à y participer. Les candidats ont jusqu’au jeudi 15 septembre 2016, 12 heures, pour déposer par voie postale ou au service de la Commande publique de la CTM leurs créations de logotype. Les propositions devront être transmises sur un support numérique.

    Quel logo pour la Collectivité Territoriale de Martinique ?
La CTM cherche son logo et une identité visuelle par la même occasion. La Collectivité Territoriale de Martinique a lancé officiellement un concours pour trouver le logo officiel qui lui servira d’identité mais également à communiquer.

Les artistes, les étudiants, les infographistes, les designers ainsi que le grand public. Tous les participants devront être âgés de 18 ans et plus et résider sur le territoire martiniquais. Le bulletin et le règlement sont à télécharger sur le site internet de la collectivité. Le projet doit être renvoyé avant le 15 septembre 2016.

"Nous souhaitons que ce logo restitue l'identité martiniquaise. C'est très important pour nous. Il doit permettre l'identification rapide et mémorisable de l'institution. À terme dès qu'on verra ce logo, on saura que c'est la CTM. Nous souhaitons qu'il y ait une image dynamique en rapport avec les compétences de la collectivité. Il y faut également le nom de la CTM", précise Daniel Marie-Sainte, conseiller exécutif et porte-parole du Conseil Exécutif.

Sur l'aspect technique quatre couleurs maximum sont autorisées. Le projet doit être remis sur un support numérique dans une enveloppe cachetée anonyme. Un jury présidé par Alfred Marie-Jeanne, le président du Conseil Exécutif de la CTM, et composé de personne qualifié choisira trois logos.

Ainsi trois prix de 8000, 3000 et 2000 euros seront attribués. En contrepartie les créateurs devront renoncer les droits des logos retenus à la CTM.

Karl Lorand et Jessica Dantin