TCSP : les BHNS encore et toujours à l'arrêt (et ça pourrait durer)

Par • Mis à jour le 01/02/2018 - 08:32

Depuis le conseil d'administration suspendu de Martinique Transport et l'intervention d'Alfred Marie-Jeanne le 22 janvier 2018, le dossier du TCSP est au point mort. Et ça pourrait durer puisque le président du Conseil Exécutif de la CTM envisage de changer de délégataire, ce qui pourrait encore repousser la mise en route du TCSP.

    TCSP : les BHNS encore et toujours à l'arrêt (et ça pourrait durer)

Après deux rencontres fructueuses entre la CFTU et Martinique Transport, on pensait que les choses avançaient enfin sur le dossier du TCSP. Et puis patratra…Le 22 janvier dernier, lors d’une réunion du conseil d’administration de Martinique Transport, Alfred Marie-Jeanne a « rejeté d’un revers de main » la proposition  de la CFTU pour l’offre de service estimée entre 13 et 15 millions d'euros par an. Mais depuis que s’est-il passé ? Les acteurs de ce dossier se sont-ils revus ?

Pas vraiment. Pourtant Alfred Marie-Jeanne avait annoncé qu’il convoquerait les responsables de la CFTU mais depuis cette annonce, ils n’ont reçu ni convocation, ni invitation pour rediscuter du coût d’exploitation des BHNS.

5 à 6 mois de plus

En revanche, ces derniers jours, le président de Martinique transport a surtout évoquer la possibilité de trouver un nouveau délégataire, se disant même décider à perdre 5 à 6 mois supplémentaires. La CFTU étant selon lui trop partisane, trop PPM, ce qui empêcherait selon lui, aujourd’hui et dans le futur, aux deux structures de fonctionner correctement.

De son côté, la CFTU assure être toujours ouverte à la discussion mais regrette de n’être toujours pas au courant de certains éléments pouvant concourir à la révision des tarifs. Le transporteur évoque notamment la situation des taxicos :vont-ils s’arrêter à Carrère ? Les taxis de place pourront-ils utiliser le couloirs de bus ? mais également d’autres éléments qui vont permettre de calculer au mieux le flux de passagers. 

Pour l’heure et au vu des éléments apportés le délégataire estime être dans les moyennes nationales du prix au kilomètre des BHNS. En effet, en Martinique le TCSP coûterait certes 6,92 euros par kilomètre, contre 6,92 euros à Mulhouse ou 6,81 euros pour Nîmes affirme la CFTU.

Des arguments qui n’ont semble-t-il toujours pas convaincu Alfred Marie-Jeanne et par conséquent l’autorité unique de transport qu'il préside.

Mais en attendant, le TCSP à l’arrêt coûte par mois entre 800 000 et 1 million d’euros.