Usine du Galion : les élus décident de ne pas prendre de décision

Par • Mis à jour le 14/11/2017 - 19:59

Les élus de la majorité de l'Assemblée de Martinique ont décidé de reporter leur décision sur l'avenir de la chaudière de l'usine du Galion. Le président de la SEM Galion, Richard Barthéléry a annoncé qu'un devis pour la réparation de la chaudière serait présenté sous 10 jours. Une surprise pour les élus de l'opposition.

    Usine du Galion : les élus décident de ne pas prendre de décision

Le point 64 de l'ordre du jour de la séance plénière de l'Assemblée de Martinique était particulièrement attendu. En plus d'être le point final de l'ordre du jour, il concernait l'avenir de l'usine sucrière du Galion. Dans son intitulé, il invitait des élus à se prononcer sur le raccordement de l'usine défaillante à l'usine de biomasse Albioma II.

En effet, compte tenu de la forte dégradation de la chaudière, vieille de 27 ans, les responsables de l'usine du Galion craignent que la saison sucrière soit purement et simplement annulée. Une très mauvaise nouvelle pour les 4000 emplois de la filière.

Du coup, deux solutions s'offraient aux élus de la CTM qui est l'actionnaire majoritaire de la SEM qui gère l'usine du Galion. Première solution, le remplacement de la chaudière du Galion. Elle représente une alternative coûteuse (15 millions d'euros) et surtout la mise à l'arrêt de l'usine durant trois ans. La deuxième option, c'est le raccordement de la sucrerie à l'usine de biomasse Albioma II. Cette deuxième option est au coeur d'un vif et ancien débat entre l'actuelle majorité et l'opposition. Les premiers dénoncent le caractère polluant de cette nouvelle usine. Les seconds la voient comme la solution d'avenir et réfutent les risques pour l'environnement qu'elle pourrait représenter.

Mais ce débat tant attendu a fait pschitt. En effet, après une courte présentation de Louis Boutrin, Conseiller Exécutif en charge de l'agriculture et de l'environnement, c'est Richard Barthéléry, conseiller territorial de la majorité et président de la SEM Galion qui a sorti une troisième voie de son chapeau.  "La société ENA a la possibilité de remplacer les tubes endommagés avant la fin du mois de février 2018", a lancé Richard Barthéléry. Il a ensuite précisé que 40 des 800 tubes de la chaudière étaient à remplacer. La société ENA se propose de remplacer 120 des 800 tubes. Le président de la SEM a demandé à l'entreprise de leur remettre un devis sous 10 jours. Dans sa présentation, Richard Barthéléry en a profité pour épingler le mauvais entretien de la chaudière par l'ancienne majorité régionale de Serge Letchimy

Les élus de l'opposition ont manifesté leur surprise face à cette nouvelle proposition. Le groupe EPMN favorable au raccordement à l'usine Albioma II (7 millions d'euros) a dénoncé le caractère polluant de l'ancienne chaudière. Tour à tour, Fred Lordinot, Jean-Claude Duverger et Johnny Hajjar ont soutenu ces arguments. Ils ont également regretté que la majorité ne considère pas la question comme urgente.

Après quelques échanges durant lesquels chacun des intervenants a reconnu qu'en l'absence d'éléments précis et écrits, ils ne pouvaient pas se prononcer c'est Jean-Philippe Nilor qui a proposé de reporter le débat, quitte à convoquer une plénière exceptionnelle.

Une proposition suivie par quasiment tous les élus sauf une voix contre et deux abstentions. La décision finale pour ce dossier pourrait intervenir en décembre lors de la prochaine plénière.