Montagne Pelée : moins de séismes mais une zone de dégazage passif observée

Par 13/02/2021 - 09:01 • Mis à jour le 13/02/2021 - 09:00

En vigilance jaune depuis le mois de décembre 2020, la Montagne Pelée fait depuis l'objet d'un bulletin hebdomadaire. Au cours des 7 derniers jours écoulés, l'activité sismique était en baisse mais une zone de dégazage passif a été observée.

    Montagne Pelée : moins de séismes mais une zone de dégazage passif observée

Il n'y a eu que 6 séismes sous la Montagne Pelée entre le 5 et le 12 février 2021 contre 73 la semaine précédente. 

Un séisme localisé à faible profondeur à l’intérieur de l’édifice volcanique a notamment été observé, à 700 m au-dessus du niveau de la mer. Cette sismicité de type volcano-tectonique, caractérisée par des signaux de hautes fréquences, est associée à de la micro- fracturation dans l’édifice volcanique.

Durant la période de ce rapport, l’OVSM a enregistré 1 séisme isolé de type hybride (séisme caractérisé par des
basses et hautes fréquences). Ce signal contenant des basses fréquences est associé à la migration de fluides
dans l’édifice volcanique.

Au cours de la semaine écoulée, l’OVSM a enregistré à nouveau des signaux sismiques de type longue période contenu dans un signal de type trémor volcanique le 8 février 2021. Ces signaux contenant des basses fréquences sont aussi associés à la migration de fluides dans l’édifice volcanique.

Lors des phases de réactivation volcanique, il est fréquent que des périodes de plus forte activité sismique alternent avec des phases de sismicité plus faible. La sismicité d’origine volcanique reste clairement au dessus du niveau de base moyen enregistré entre le 1er janvier 2015 et avril 2019 (date du début de son augmentation).

Dans son bulletin hebdomaire, l'observatoire signale néanmoins un fait nouveau. Une zone de végétation fortement dégradée, brunie, et morte, est observée sur le flanc sud-ouest de la Montagne Pelée, entre la haute rivière Claire et la rivière Chaude, au-dessus de leur confluence.

Le 8 février, les scientifiques de l'OVSM avec le soutien du STIS et de l’hélicoptère de la protection civile ont confirmé la présence dans cette zone d’un dégazage diffus et passif, à partir du sol sans présence de fumerrolles, de dioxyde de carbone (CO2, un gaz inodore et incolore) nettement supérieur au niveau de base et qui a été mesuré avec des détecteurs spécifiques et calibrés de l’OVSM.

Cette zone est située à moins de 200 m de la rivière Claire où des émanations d’hydrogène sulfuré (H2S, odeur d’oeuf pourri) sont décrites dans la littérature scientifique depuis plusieurs années à proximité de sources thermales qui proviennent du système hydrothermal de la Montagne Pelée

Tags