Pénurie de poissons en Martinique depuis le mois de janvier

Par Lola-Jeanne Cloquell et Alexandra Silbert 17/03/2021 - 16:44
01/01/2020 - 00:00
Martinique

Les marins pêcheurs de Martinique font face à une situation difficile : une pénurie de poissons, principalement pélagiques. La situation a débuté en septembre 2020, lorsque la mer était fortement démontée. Une pénurie est ainsi constatée depuis janvier, et les difficultés se poursuivent.

    Pénurie de poissons en Martinique depuis le mois de janvier

Une pénurie de poissons principalement pélagiques

Depuis septembre 2020, les conditions sont particulièrement difficiles en mer en Martinique. La mer était fortement démontée en septembre dernier. Et après la forte houle, les grandes marées ont pris le relais, empêchant les marins de sortir. Résultat : depuis le mois de janvier, une pénurie de poissons principalement pélagiques est constatée. Thon, marlin, dorade, ou encore thazard sont obstinément absents des étals. 

La situation donne fil à retordre aux pêcheurs qui ne peuvent plus sortir normalement depuis plusieurs mois, comme l’explique Stéphane Béro, pêcheur en Atlantique :

Les DCP ont coulé, et lorsque l'on va aux casiers, on ne les voit pas, il y a beaucoup de courant et les bouées ont souvent coulé. C'est un fort manque à gagner pour nous

Conséquence, près de 2 mois sans poisson local. Pour la société Les Ti Fumés de Clément, qui refuse d’utiliser du poisson importé, ce temps de latence est consacré au développement de nouveaux produits, comme l'explique le fondateur de l'entreprise, Clément Dromer :

Vu que l'ensemble de la production des Ti Fumés de Clément est basé sur la pêche locale, quand il n'y a pas de poissons qui sont débarqués, il faut trouver un plan B. Donc on va bientôt lancer une nouvelle gamme de conserves de la mer, toujours basées sur de la pêche locale

Ce phénomène est pourtant régulier et saisonnier, car il dépend des conditions météo. En effet, les bancs de poissons fréquentent des lieux différents en fonction du courant et de la température de l’eau. Cette pénurie s’observe ainsi habituellement aux mois de juillet et août. 

Des conditions météorologiques particulièrement difficiles

Mais cette année a été différente. Alors que les conditions se calment habituellement au moment de la Chandeleur, le mois de février a été très venté cette année, et des records ont été enregistrés à la station météo de l’aéroport. Sur le mois, 20 jours ont été marqués par des rafales supérieures à 60 km/h, de fortes vagues ont balayé les côtes de l'île avec des creux moyens de 2,2 jusqu’à 2,5 mètres du côté atlantique, et dans les canaux.

La force du vent est donc à l'origine de cette houle, comme l’explique Jean-Noël Degrace, chef du service Météo France en Martinique :

C'était un mois de février très venté. Avec des conditions de ce type, forcément la mer réagit avec des vagues qui sont courtes, mais aussi élevées

Certes, l’alizé est tombé en fin de semaine dernière, et les creux ont baissé en mer, créant ainsi une bulle d’activité pour les professionnels. Mais cette accalmie a été de courte durée et les conditions sont de nouveau mauvaises en mer. La vigilance jaune reste d'ailleurs de mise.

 

Tags