Un étudiant martiniquais en Jamaïque se prépare au passage de Matthew

Par 02/10/2016 - 15:04 • Mis à jour le 02/10/2016 - 15:04

Désormais ouragan majeur de catégorie 4, Matthew devrait aborder les côtes de la Jamaïque dans la nuit de dimanche à lundi (3 octobre 2016). Le Martiniquais Dimitri Dérigent, est étudiant à l’Université West Indies, à Kingston. Il se prépare au passage du plus fort cyclone des neuf dernières années.

    Un étudiant martiniquais en Jamaïque se prépare au passage de Matthew
Les Jamaïcains se préparent au passage de l'ouragan le plus puissant depuis Félix en 2007. Matthew qui a traversé la Martinique mercredi (28 septembre 2016) sous la forme d'une tempête tropicale poursuit sa route vers les Grandes Antilles. Il devrait atteindre les côtes jamaïcaines tôt lundi matin (3 octobre 2016).

Le Martiniquais Dimitri Dérigent, est étudiant à l’Université West Indies, à Kingston. Comme une bonne partie des habitants de l'île, il se prépare au passage du phénomène cyclonique. "Ici on ne prend pas le phénomène à la légère puisque c'est la première fois depuis 2007 qu'il y a un ouragan d'une telle intensité qui va frapper le pays. Les autorités locales appellent à la prudence et au respect des règles établies pour ce genre de circonstances. On nous a donné notre vendredi de libre. Les cours ont été annulés à l'université pour permettre aux étudiants de faire leur course", raconte Dimitri.

Inflexion vers l'est

"Nous avons acheté de l'eau que nous gardons en réserve. Nous avons également fait des réserves de bougies. Nous avons acheté des radios à pile. On nous a demandé au niveau de notre résidence de se rassembler car certaines résidence ne sont pas munies de store et de protections pour pouvoir parer aux effets du vent et des fortes pluies. On nous a demandé de nous répartir par affinité pour pouvoir garder un oeil les uns sur les autres", précise l'étudiant.

Selon les dernières estimations, le cyclone Matthew devrait s'écarter à l'est de la Jamaïque. Si les vents les plus violents pourraient épargner Kingston et ses alentours, le phénomène pourrait produire des effets sur l'île en raison de sa taille.

Karl Lorand et Olivia Lebrun