Application du pass vaccinal : les élus s'entretiendront avec Emmanuel Macron

Par 26/01/2022 - 08:24 • Mis à jour le 26/01/2022 - 08:19

C'est avec le président de la République que les élus s'entretiendront pour définir l'application du pass vaccinal en Martinique.

    Application du pass vaccinal : les élus s'entretiendront avec Emmanuel Macron

En Martinique, le préfet a commencé à consulter les parlementaires au sujet de l'application de la loi sur le pass vacinal. 

Cette opération va se poursuivre aujourd’hui et  demain. Mais c’est avec Emmanuel Macron, le président de la République, que les élus échangeront sur la situation sanitaire et sociale, facteurs d'ajustement sur les conditions d’application du pass vaccinal sur nos territoires. 

Emmanuel Macron sera accompagné du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu pour aborder ces problématiques.

L'amendement Bénin

Ces discussions reposeront sans doute sur l'amendement introduit dans la loi par la députée MoDem de Guadeloupe, Justine Bénin. Il permet le maintien de pass sanitaire dans certains territoires, mais sur décision des préfets habilités par le Premier ministre. L'amendement précise bien entendu que cet aménagement est possible "lorsque les circonstances locales le justifient".

Ce sont donc les préfets de Guadeloupe, de Martinique et de Guyane qui vont décider du moment de la mise en place du pass vaccinal.  Bien évidemment les Outre-mer n’ont pas été explicitement nommés dans le texte de loi adopté, mais ils sont bien les premiers destinataires de cet aménagement. 

En coulisse, on murmure que Paris a préféré ne pas jeter de l’huile sur le feu dans nos régions déjà enflammées par des manifestations contre les mesures sanitaires depuis le mois de juillet. Des manifestations qui avaient viré à l'émeute en novembre et en décembre derniers.

L'argument Nuvaxovid

Il s'agit d’éviter de raviver la tension dans nos régions où le vaccin ne fait pas encore l’unanimité. Pour justifier d'avoir accepté cet amendement, le gouvernement  tient compte du faible taux de vaccination sur nos territoires, toujours inférieur à 50% de la population éligible. 

Désormais, les autorités sanitaires veulent intensifier les actions de communication pour inciter à la vaccination avec notamment l’arrivée du vaccin Nuvaxovid, un vaccin sans l’ARN messager.

Le président du conseil exécutif de la CTM, Serge Letchimy a d'ailleurs écrit au gouvernement pour signifier qu'il attendait de solides garanties d’accès pour la population Martiniquaise. Du point de vue de l'exécutif local, le vaccin de l'américain Novavax permettrait de contourner les inquiétudes liées à la défiance envers l’ARN messager au sein de la population.

Tags