Crise sanitaire : le comité citoyen de transparence rend un premier rapport

Par 24/08/2021 - 19:00 • Mis à jour le 24/08/2021 - 18:12

Pour répondre aux interrogations et à la défiance de la population martiniquaise face au contexte sanitaire, un comité citoyen de transparence a été créé pour rapporter les faits constatés sur le terrain et auprès des autorités. Ce comité a ainsi rendu un premier rapport aujourd'hui (mardi 24 août).

    Crise sanitaire : le comité citoyen de transparence rend un premier rapport
Une partie des membres du comité : Ludovic Romain "Call me Ludo", Danielle Marcelline, Céline Rose, Claude Lise, Hailey Hln, André Lucrèce

Rendre compte de la situation sanitaire et interroger les autorités

Le comité citoyen de transparence vise à rendre compte de la situation sanitaire en Martinique, en toute indépendance. Pour ce faire, ses membres ont la possibilité d'interroger toutes les autorités souhaitées, et de constater sur place les conditions sanitaires, notamment au CHU de Martinique.

Il est ainsi composé de personnalités issues de divers horizons de la société civile : Claude Lise, l'ancien président de l’assemblée de la CTM, André Lucrèce, sociologue et écrivain, Maître Danielle Marcelline, ancien bâtonnier du barreau de Fort-de-France, Marcus Chevio, salarié, Céline Rose, présidente de la CPME, Ludo et Hailey, tous deux connus via les réseaux sociaux notamment Instagram.

Visite au CHUM, réunion à l'ARS, puis avec le préfet

Le comité s'est donc déplacé au CHU de Martinique le 9 août dernier. Il a rencontré les principaux responsables et visité les services de soins intensifs et de réanimation, pour constater la situation particulièrement tendue. 

Les membres du comité ont ensuite été reçus par l'ARS ce jeudi 19 août pour une réunion qui aura duré deux heures avec une délégation de 7 personnes, dont le directeur général de l'ARS, Jérôme Viguier.

Enfin, une réunion a eu lieu avec le préfet de la Martinique, Stanislas Cazelles, hier lundi 23 août.

Mortalité, voyageurs, Ivermectine

Aujourd'hui, ce comité a donc rendu un premier rapport, qui fait état de la situation sanitaire que connaît l'île. 

Essentiellement, après le constat de l'engorgement des services hospitaliers, le comité a abordé les sujets de l'Ivermectine, la couverture vaccinale, l'approvisionnement en oxygène, ou encore l'incidence des voyageurs dans l'expansion de l'épidémie sur l'île. 

L'Ivermectine est l'un des premiers points a être abordé. L'ARS confirme que les données actuelles des publications scientifiques n’ont pas démontré son action curative contre le Covid. En outre, l’ARS souligne qu'elle n'est pas intervenue pour empêcher la délivrance de ce produit, auprès de quiconque. Elle n’en a pas la compétence. Certains pharmaciens ont, de leur propre initiative, décidé de ne pas délivrer d’Ivermectine, considérant que cela relevait de leur responsabilité d’appréciation.

Concernant la surmortalité liée au Covid, l'agence régionale de santé souligne que 70 décès sont constaté habituellement en moyenne en Martinique, selon Santé Publique France. Or 30 décès supplémentaires par semaine sont enregistrés en ce moment.

Au sujet de l'incidence des voyageurs sur l'expansion du Covid-19 sur l'île, le préfet a rappelé que les contaminations sont principalement internes à l'île. Stanislas Cazelles indique que les voyageurs qui arrivent en Martinique doivent tous subir un test, y compris les vaccinés et que les non vaccinés doivent respecter une septaine. Le préfet ajoute que la proportion des cas positifs relevés dans la population est la suivante : 95,2% des testés résident en Martinique et 4,8% à l’extérieur.

Le travail du comité citoyen de transparence se poursuit, et il prévoit d'interroger d'autres instances. Le comité indique également qu'il se fera le relai des questions de la population.

A lire Retrouvez le premier rapport du comité citoyen de transparence ici 

Tags