Entretien entre Serge Letchimy et Jérôme Viguier sur la santé en Martinique

Par 17/08/2021 - 11:58 • Mis à jour le 17/08/2021 - 10:56

Le président du conseil exécutif de la CTM et le directeur de l’ARS se sont rencontrés ce lundi 17 août. Outre la situation sanitaire actuelle, différents sujets ont été abordés sur la santé des Martiniquais : la lutte anti-vectorielle, l’attractivité du territoire pour les jeunes médecins et l’aménagement sanitaire du territoire.

    Entretien entre Serge Letchimy et Jérôme Viguier sur la santé en Martinique

Au cours d’une réunion qui aura duré environ une heure, les deux hommes ont évoqué différents sujets d'actualité comme celui du Covid-19 en Martinique, pour évoquer les solutions pour améliorer la situation sanitaire : promouvoir la vaccination, le renforcement du personnel médical et installer davantage de centres de vaccination à proximité de la population.

Une convention-cadre sera mise en place entre l’ARS et la CTM pour gérer d’une façon commune les sujets qui concernent les deux institutions. Des séances de travail seront organisées. L'objectif étant d'apporter des réponses aux martiniquais en matière d'offre de santé.

Lutter contre la raréfaction de l'offre de soins

Le président Serge Letchimy indique qu’un programme de rattrapage concernant les infrastructures hospitalières sera mis en place.

Il y a une précarité de l'offre de soins qui est assez terrible. Et à ce titre les quatre hôpitaux de la Meynard, de Trinité, du Saint-Esprit, et Emma Ventura doivent être reconstruits. Nous avons bien sûr (la CTM) l'obligation d'y participer et de contribuer fortement

Pour lutter contre les déserts médicaux notamment celui du grand Nord, Serge Letchimy veut prendre des mesures pour renforcer fortement l'attractivité médicale de la Martinique, notamment pour donner envie aux jeunes qui partent faire des études de médecine l'envie de revenir.

Serge Letchimy annonce une prochaine délibération pour mettre en place une convention pour que ces jeunes médecins puissent revenir un minimum de 3 ans en Martinique, avec à la clé un soutien financier fort de la part de la CTM.

Une situation préoccupante due au Covid-19

Le président du conseil exécutif de la CTM estime que le nombre de personnes arrivant dans les hôpitaux resterait toujours très élevé. Serge Letchimy s'exprime donc sur la question du vaccin :

Je suis très respectueux des personnes qui ne veulent pas se faire vacciner mais il faut tout faire pour inciter tout le monde à se vacciner parce que maintenant, on commence à avoir une situation qui est catastrophique. Chak moun an peyi a, ni an moun, dé ou twa moun ki koumansé et lopital ou ki mô, donc la prise de conscience sur le fait de se faire vacciner doit pouvoir se construire paisiblement, pas dans l'affrontement. Mais ça, nous allons y contribuer fortement aux côtés de l'ARS.

Pour Jérôme Viguier également la campagne de vaccination serait le moyen le plus efficace et de façon prouvée avec plusieurs milliards de vaccinés dans le monde, de faire reculer la maladie et le nombre de décès.

Chaque famille martiniquaise est maintenant atteinte avec un proche ou un voisin décédé du Covid ou en réanimation. Ce sont des drames qu'on aurait pu éviter avec le vaccin. On doit convaincre encore plus de monde de se faire vacciner parce que c'est une arme redoutablement efficace contre le Covid et c'est la seule qui a démontré son efficacité.

D'autres soignants en renfort 

Jérôme Viguier explique que les renforts venus de l'ensemble des régions de France ont permis de pouvoir gérer les lits supplémentaires :

L'hôpital a vu son activité augmenter de 26 lits de réanimation à 100. Il y avait une quinzaine de lits qui traitaient les patients atteints de maladies infectieuses maintenant, on en a plus de 400 sur le territoire. Maintenant, tout ça, ça ne se fait pas sans bras.

Le Directeur de l'ARS précise qu'en plus des 130 soignants arrivés précédemment d'autres renforts sont attendus ce vendredi 20 août dans une proportion encore plus importante. Il explique que l'hôpital étant sous tension, les soignants ont besoin d'être appuyés et remplacés pour pouvoir hospitaliser les patients supplémentaires.

 

Tags