Ivermectine et rôle des pharmaciens : le comité citoyen de transparence rend un cinquième rapport

Par 27/10/2021 - 19:28 • Mis à jour le 27/10/2021 - 19:24

Le comité citoyen de transparence de Martinique a rendu un cinquième rapport ce lundi 25 octobre. Cette fois, les membres du comité ont rencontré le président du conseil de l’ordre des pharmaciens de Martinique, Claude Marie-Joseph. L'occasion d'évoquer en détail le sujet de l'Ivermectine.

    Ivermectine et rôle des pharmaciens : le comité citoyen de transparence rend un cinquième rapport

Le comité citoyen de transparence de Martinique, dédié à transmettre ses constatations sur la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 sur l'île, a rencontré le président du conseil de l’ordre des pharmaciens de Martinique, Claude Marie-Joseph, le jeudi 7 octobre dernier.

Un échange qui a porté essentiellement sur l'Ivermectine et le rôle des pharmaciens sur la délivrance de ce médicament. En effet, ce traitement dont l'efficacité n'a pas été démontrée contre le Covid-19, a largement été prescrit au plus haut de la dernière vague de l'épidémie. Un traitement mis initialement sur le marché pour soigner des infections causées par certains parasites. 

Le président du conseil de l’ordre des pharmaciens explique ainsi que les pharmaciens se sont retrouvés confrontés à des posologies ne correspondant pas à des prescriptions habituelles, ou à de fausses prescriptions, et qu'une rupture de stock s'est rapidement produite. D'autant que le conseil de l'ordre des pharmacien a rappelé que les pharmaciens peuvent effectivement refuser de délivrer un médicament inscrit sur de telles prescriptions :

En effet un pharmacien qui délivre des médicaments en suivant une ordonnance qui ne respecte pas la posologie autorisée s’expose à des poursuites disciplinaires et aussi pénales. [...] Le pharmacien, qui a une obligation de conseil, peut, en son  âme et conscience de professionnel, considérer que la délivrance du  médicament, dans ses indications comme dans sa posologie, ne correspond pas à l’intérêt du patient

En parallèle, une augmentation d'utilisation d'antibiotique, de vitamines, de zinc a été constatée. Un mélange qui peut être dangereux, selon le président du conseil de l’ordre des pharmaciens :

Je signale que, à l’heure actuelle, nous constatons qu’il y a des enfants et des adultes qui souffrent d’hypervitaminose et d’hypercalcémie. Il existe aussi des conséquences sur le foie. Je rappelle aussi que le mélange antibiotique, antiparasitaire et vitamines peut être dangereux

Le président ajoute enfin que la pharmacopée caribéenne n'a pas fourni, à ce stade, de traitement contre le Covid-19 :

Il existe bien une pharmacopée caribéenne. Mais, en l’état actuel de la recherche, il n’existe pas de preuve d’une efficacité contre le Covid

A lire Un entretien à lire intégralement ici :

Tags