La jauge de 30 personnes maintenue dans les lieux de culte (Castex)

Par 26/11/2020 - 07:28
01/01/2020 - 00:00

Alors que les communautés religieuses s'attendaient à une modification des règles concernant les lieux de culte, le Premier ministre a confirmé que la jauge restait fixée à 30 personnes au moins jusqu'à la mi-décembre.

    La jauge de 30 personnes maintenue dans les lieux de culte (Castex)

Jean Castex a confirmé jeudi que la jauge pour les offices religieux serait "d'abord (de) 30 personnes" maximum à partir de samedi, mais a assuré qu'elle évoluerait "progressivement" et pourra tenir compte de la "capacité globale d'accueil" du lieu de culte.

La reprise des cérémonies religieuses avec public, suspendues pendant le confinement "ne peut être que progressive", a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse, deux jours après l'allocution d'Emmanuel Macron.

"Ces lieux accueilleront d'abord 30 personnes, dans le respect des règles sanitaires", a-t-il poursuivi. "Puis cette jauge évoluera progressivement, en fonction de la situation sanitaire et de l'échéance du 15 décembre", selon lui.

"Comme d'autres établissements recevant du public, il pourra s'agir d'une jauge en fonction de la capacité globale d'accueil du lieu", a encore déclaré M. Castex, précisant que "les discussions se poursuivent avec les autorités religieuses ".

Lundi, plusieurs responsables de culte, notamment l'épiscopat catholique, avaient protesté contre ce nombre de 30 personnes, jugé trop restrictif, préférant que la jauge soit fonction de la taille de l'édifice. Ils avaient indiqué qu'une nouvelle proposition devait leur être faite jeudi matin.

La situation pourrait évoluer plus rapidement en Martinique puisque le préfet a fixé une clause de revoyure d'ici 15 jours, soit aux alentours du 10 décembre 2020.

Ce matin, dans le RCI Matin, David Macaire, archevêque de Fort-de-France et de Saint-Pierre a affiché sa surprise et son agacement après les annonces du premier ministre. Il a qualifié la jauge retenue par le gouvernement "d'idiote". Rappelant que c'était aussi l'avis du président de la République.

Tags