Le CHUM diminue le nombre de lits d'hospitalisation dédiés aux cas de covid

Par 24/11/2020 - 14:22
01/01/2020 - 00:00

Invité du journal de 7 heures, Benjamin Garel, directeur du CHU de la Martinique a confirmé un allègement du dispositif covid-19 à l'hôpital. Néanmoins, la capacité du service de réanimation est maintenue.

    Le CHUM diminue le nombre de lits d'hospitalisation dédiés aux cas de covid

Une note interne du CHU de Martinique circule depuis la fin de semaine dernière. Elle indique que des lits d'hospitalisation complète pour covid-19 sont désormais fermés. Une information confirmée par le directeur du CHUM. Toutefois, la mesure n'est pas étendue au service de réanimation.

"En réanimation, les 20 lits covid restent à leur niveau. Le taux d'occupation oscille entre 12 et 16 patients comme tout au long de l'épidémie", explique Benjamin Garel, directeur du CHU de Martinique.

La diminution de la circulation du virus a permis à l'hôpital public de se réorganiser après le déclenchement du plan blanc en septembre dernier.

"Nous sommes montés jusqu'à 65 lits covid-19. Là on est à peu près à la moitié du capacitaire sur les lits d'hospitalisation complète", précise Benjamin Garel. "On espère que ça va diminuer encore prochainement", ajoute-t-il. Un indicateur plutôt rassurant mais qui n'a pas suffit à convaincre le préfet de lever le confinement plus tôt.

Il rappelle néanmoins qu'aucun lit de réanimation n'a pu être fermé depuis le début de l'épidémie. "Il n'y a pas de pénurie. On a doublé la capacité en réa. On a une marge de manoeuvre excessivement faible. Après on peut toujours bricoler mais sur une île comme la notre, le capacitaire de lits de réanimation est plutôt faible", indique Benjamin Garel.

Le directeur de l'hôpital public en Martinique a tenu à féliciter ses équipes qui ont concédé à énormément de sacrifice pour maintenir la capacité d'accueil hospitalière. "Depuis la première vague, on a eu les transferts de la Guyane, de la Guadeloupe puis une épidémie de dengue énorme. Il y a eu beaucoup de soignants malades et ceux qui ne l'étaient pas ont dû faire face", observe le directeur du CHUM.

Une réunion doit d'ailleurs se tenir pour trouver une organisation permettant aux personnels mobilisés de se reposer et de pouvoir prendre leurs congés auxquels ils ont renoncé ces mois derniers.

Tags