Le stress post-traumatique au cœur d'un colloque jusqu'à mercredi

Par 25/06/2018 - 18:08 • Mis à jour le 25/06/2018 - 18:08

Depuis ce matin (lundi 25 juin 2018), le groupement coopératif de la Martinique pour la Promotion des personnes inadaptées et handicapées (GCMPIH) et de nombreux chercheurs de la Caraïbe se penchent sur la question du stress post-traumatique. Les travaux se déroulent jusqu’à mercredi à l’hôtel Batelière, à Schoelcher.

    Le stress post-traumatique au cœur d'un colloque jusqu'à mercredi

Le traitement du stress post-traumatique est depuis ce matin (lundi 25 juin 2018),  au cœur des journées d’études du groupement coopératif de la Martinique pour la Promotion des personnes inadaptées et handicapées. (GCMPIH)

Les travaux se déroulent à l'hôtel Batelière et se poursuivront jusqu’à mercredi, sous forme d’atelier cette fois, en présence de nombreux spécialistes venus de toutes les Caraïbes.

Lors des catastrophes telles que le séisme de 2010 en Haiti, des ouragans Irma et Maria de l’an dernier ou encore du crash aérien de 2005 on recense le nombre de morts et de blessés mais on oublie parfois d'autres victimes, celles qui ont développé un stress post-traumatique.

Un phénomène qui se manifeste souvent des semaines voire des mois après l'événement, sous forme de dépression, d'accès de colère, de cauchemars répétés.   "Une bombe à retardement" qui demande un suivi bien spécifique.

Heureusement, les connaissances pour prendre en charge ces victimes indirectes progressent, notamment grâce à la coopération avec les autres îles caribéennes. Des avancées qui permettent à ces personnes, au bout d'un certain temps, de retrouver une vie normale.