Sur les réseaux, médecins et infirmières alertent sur la situation au CHU de la Martinique

Par 03/08/2021 - 09:05 • Mis à jour le 03/08/2021 - 08:58

Malgré la situation particulièrement dégradée du CHUM, des médecins et des infirmières prennent le temps de décrire le drame sanitaire qui se joue à l'hôpital Pierre Zobda Quitman, confronté à une quatrième vague de covid-19 sans précédent.

    Sur les réseaux, médecins et infirmières alertent sur la situation au CHU de la Martinique

45 morts du covid-19 en Martinique depuis le 13 juillet 2021 selon les données hospitalières arrêtées hier à 13 heures. Soit une hausse de 45% des décès en 21 jours.

Une situation dramatique qui n'a pas fini d'empirer. En effet, le nombre de nouveaux cas de covid-19 depuis mardi dernier devrait avoisiner les 4000 ce mardi.

À l'hôpital, on dénombrait lundi 3 août 39 admissions de patients covid-19. 37 personnes occupent des lits de réanimation. Pourtant, certains remettent en doute ces chiffres et continuent de nier la gravité de cette quatrième vague. C'est pour cette raison que des médecins et des infirmières ont fait le choix de partager leur quotidien sur les réseaux sociaux.

 

Un autre médecin alerte sur la saturation de la morgue.

Elle s'agace aussi des comportements irresponsables de la population et de la recrudescence des fausses informations :

Malgré les détails de leurs récits, la précision des situations relatées, elles doivent faire face à des réactions proprement ubuesques.

Elle continuent néanmoins à décrire la situation en réanimation et la saturation du service :

Sur facebook, des infirmières affichent aussi leur dépit. Nathalie écrit :

On va peut être perdre cette bataille...celle de la vie ou de la mort 

Mary France aussi se livre sur facebook au lendemain d'un week-end catastrophique au CHU de la Martinique :

Mary France covid.JPG

Par ailleurs, un personnel du CHUM a partagé plusieurs vidéos illustrant la surcharge des urgences et l'afflux de patients covid-19 depuis plusieurs jours.

Désormais ces soignants espèrent que ces cris d'alarme trouvent un écho dans la population.

Tags