Annick

Par • Mis à jour le 04/05/2015 - 13:07

Une rencontre est prévue ce matin (lundi) avec des représentants de l’inspection du travail, les responsables de l’association, l’employée concernée et deux autres de ses collègues qui auraient subi le même sort.

    Annick
Une rencontre est prévue ce matin (lundi) avec des représentants de l’inspection du travail, les responsables de l’association, l’employée concernée et deux autres de ses collègues qui auraient subi le même sort. BREVES SOCIALES 040515 CAD’HOME Social, dans le conflit qui oppose l’aide à domicile Annick Edgard et son employeur l’association cad’homme pour licenciement abusif.

La plaignante est représentée par le syndicat cstm à qui elle est affiliée. D’autre part, une enquête a été ouverte auprès de la poste afin de comprendre les raisons pour lesquelles, l’ancienne salariée dit n’avoir pas reçu son courrier préalable au licenciement en temps et en heure.

Employée de l'association d’aide à domicile CAD'HOME implantée à la cité Ozanam de Batelière à Schoelcher, Annick Edgar se dit victime d'une procédure de licenciement abusif. Pour contester, elle a symboliquement débuté une grève de la faim, le 1er mai, jour de la fête du travail. Cependant, après deux jours de mobilisation, elle a décidé de stopper sa grève de la faim après avoir été convaincu semble t-il par des représentants syndicaux affiliés la CSTM.