CFTU : une nouvelle journée de galère pour les usagers et un coup de gueule

Par 16/11/2018 - 06:09 • Mis à jour le 16/11/2018 - 06:09

Les bus Mozaïk et du TCSP ne circuleront pas, ce vendredi 16 novembre 2018. C'est une nouvelle journée de galère qui s'annonce pour les usagers.

    CFTU : une nouvelle journée de galère pour les usagers et un coup de gueule

C'est une 7ème journée de galère qui s'annonce pour les usagers des bus Mozaïk et du TCSP. Depuis samedi, le réseau est totalement paralysé et plus aucun bus ni TCSP ne circule sur ce réseau. De plus, le dialogue semble toujours rompu entre la direction de la CFTU et le personnel exerçant son droit de retrait depuis dimanche.

Pour rappel, une partie des salariés conteste le licenciement jugé abusif de leur collègue, mais aussi l'existence d'un règlement intérieur inconnu des représentants du personnel. D'autres revendications se sont rajoutées par la suite liées aux mauvaises conditions de travail. Du côté de la direction, elle estime que le droit de retrait est abusif et empêche la mise en place d'un service minimum comme le prévoit la loi.

L'UTT CSTM se fait entendre dans ce conflit

Ce jeudi, un point a été fait au sujet de ce conflit à la CFTU par le syndicat UTT CSTM piloté par Bertrand Cambusy. Le syndicaliste a expliqué que les chauffeurs affiliés à son organisation revendiquaient eux aussi leur droit de retrait, mais pour des raisons différentes. À savoir, un réseau en panne et en difficulté qui empêcherait aux chauffeurs CSTM (co et sous-traitant) de travailler correctement.

Les précisions de Bertrand Cambusy :

Un coup de gueule poussé par une usagère 

Une usagère régulière du réseau Mozaïk a poussé un coup de gueule, ce vendredi matin suite à la mobilisation des salariés. Elle se prénomme Rosita et partie de Dillon, elle s'est rendue à pieds en direction du siège de la CFTU aux Almadies à Fort-de-France. 


"Ça fait une semaine que ça dure. Je m'occupe des personnes âgées et là ça fait une semaine que je n'ai pas pu me rendre au travail à cause des bus qui ne circulent pas..."