Conflits sociaux des transports en communs : ce n'est pas fini...

Par 10/12/2018 - 18:40 • Mis à jour le 10/12/2018 - 18:40

Les usagers des transports en commun pourraient ne pas remonter dans le bus demain. Le conflit qui oppose les chauffeurs de la société SOTRAVOM au réseau TCSP et celui entre TRANSCAPITAL et la CFTU n'ont pas trouvé d'issue à l'heure où nous publions.

    Conflits sociaux des transports en communs : ce n'est pas fini...

 Les réunions menées dans la journée n'ont pas permis de trouver de solution aux deux conflits qui bloquent la circulation dans le centre de la Martinique. Néanmoins, le groupement Transcapital pourraient lever la grève en fonction du point réalisé ce soir avec les membres du groupement.

Transcapital / CFTU (Compagnie foyalaise de transport urbain)

Les représentants syndicaux du groupement Transcapital se sont réunis ce matin avec la directrice de la CFTU, et le Maire de Fort de France Didier Laguerre à la DEAL (direction de l'environnement de l'aménagement et du logement). Les débats ont porté sur les points de revendication suivants : les départs à la retraite, le paiement d'anciennes factures et le marché de 41 000€ attribué à Transcapital.

Le Maire et la direction de la CFTU ont proposé à Transcapital de faire un point sur les justificatifs à soumettre à la CFTU à propos du marché de 41 000€ et de transmettre un courrier à la CFTU sur la location des 9 bus qu'ils ont obtenue. La CFTU traite pour l'instant un seul dossier de départ à la retraite.  Les représentants syndicaux de Transcapital doivent désormais rencontrer les autres sous-traitants du groupement pour décider de la poursuite du mouvement ou de la levée des piquets de grève.

En marge de ce conflit, les syndicats de la CFTU restent en droit d'alerte jusqu'à mercredi. Cette décision intervient à la suite du conflit du mois de novembre qui avait paralysé le réseau pendant deux semaines.

Sotravom / TCSP

Une rencontre s'est tenue cette après-midi entre les agents mobilisés de Sotravom, le représentant de la CSTM et le représentant du travail à la DIECCTE. L'inspecteur du travail a demandé à la Sotravom de dresser un état des lieux des bus en panne.

Bertrand Cambusy, secrétaite général de la CSTM a annoncé le maintien du droit de retrait car les 7 points de revendication n'ont pas tous été traités. Il demande également à rencontrer les 4 maires de la CACEM et Martinique Transport.

Il précise aussi que la CSTM est en grève sur le réseau Mozaïk.