Effervescence sur le front social en Martinique

Par • Mis à jour le 13/02/2017 - 23:47

Une relative effervescence était perceptible sur le front social en Martinique ce lundi 13 févier 2017. Dans le domaine de la santé, ce sont d'abord les personnels du nouveau plateau technique du CHUM à Fort-de-France qui ont débrayé tandis que les agents de la clinique de Sainte-Marie déposaient un préavis de grève pour le mercredi 15 février 2017. De leur côté, les policiers municipaux de Saint-Joseph ont fait jouer leur droit de retrait face à leurs mauvaises conditions de travail.

    Effervescence sur le front social en Martinique
Prés de deux cents agents hospitaliers de l'hôpital Pierre Zobda-Quitman (CHUM) se sont réunis, ce lundi matin, 13 février 2017, devant le plateau technique situé en face des urgences.

Il s'agissait d'un débrayage lancé à l’appel du syndicat CDMT Santé. Selon le secrétaire général adjoint de l'organisation syndicale Bruno Charles-Achille, ce mouvement d'humeur fait suite aux mauvaises conditions de travail.

Il estime que de trop nombreux problèmes techniques empêchent aux agents hospitaliers de faire correctement leur travail. Une réunion entre direction et grévistes est prévue demain mardi 14 février à 9 heures pour tenter d'apporter une solution à ces problèmes.

Et puis toujours dans le secteur de la santé, ce sont les agents de la clinique de Sainte-Marie qui ont déposé un préavis de grève pour le mercredi 15 février 2017.

Enfin à Saint-Joseph, quatorze agents de la police municipale ont un exercé une nouvelle fois leur droit de retrait. Le bâtiment dans lequel ils travaillent est, selon eux, insalubre avec des murs effrités, la présence de rats et de chauve-souris.

Au terme d'une rencontre ce lundi après-midi avec Honoré Solbiac, l'élu en charge de la sécurité à la ville de Saint-Joseph, ils ont obtenu leur relogement provisoire dans un établissement en attendant la construction de nouveaux locaux.

Xavier Chevalier