Fiser, encore un nom sur la liste des conflits sociaux.

Par • Mis à jour le 13/04/2015 - 16:51

Depuis ce lundi matin, c'est le groupe Fiser qui est en grève. Un nom de plus dans la liste des conflits sociaux en cours. Petit tour d'horizon sur les conflits en cours en Martinique.

    Fiser, encore un nom sur la liste des conflits sociaux.
Et un conflit social en plus sur l'île, avec le groupe de ramassage d'ordures Fiser. Une réunion a lieu depuis 9 heures ce matin entre les salariés et la direction du groupe. Une dizaine de points de revendications dont la prime de partage du bénéfice sont en discussion. Ce sont environ 300 salariés qui sont concernés.

(Mise a jour) Le travail reprendra demain matin pour les éboueurs : La réunion entre les salariés et la direction a aboutie à un accord sur les 10 points dont la prime de partage des bénéfices.

Un conflit social secoue également les cantines scolaires et la société Servichef. Ce lundi plus de 4000 élèves scolarisés dans les écoles primaires et maternelles des 12 communes de l’espace sud sont privés de repas en raison d’une grève à durée indéterminée du personnel affilié au syndicat UGTM. Ils protestent contre le licenciement de l’un de leur collègue. Une réunion est prévue aujourd'hui à 15 heures. Plus d'informations sur ce conflit dans notre article.

Dans le conflit CSTM/SOTRAVOM, la médiation se poursuit pour la quatrième semaine de grève consécutive. La CSTM reste mobilisée, malgré les propositions faites par la CFTU.

Chez UFR, les employés affiliés au syndicat CGTM FSM sont toujours en grève depuis trois semaines. Les négociations n'aboutissent pas, et le dialogue entre le syndicat et l’employeur de la mutuelle ne passe pas bien. Les agences du Robert, Sainte-Marie et Rivière Salée sont toujours fermées. Seules celles de Fort de France, Batelière à Schœlcher et du Lamentin sont ouvertes. Une conférence de presse avait lieu aujoud'hui à 10 heures au Robert.

Pour finir à Bellefontaine : les agents municipaux CGTM SOEM lèvent la grève selon le syndicat. Ils doivent reprendre le travail demain. Hier les délégués syndicaux et le maire Félix Ismain ont trouvé des accords. Rien n’est encore signé, mais le protocole de fin de conflit devrait être paraphé par les parties engagées dans 15 jours, au retour du maire parti en voyage.