Le consentement au cœur de la nouvelle campagne contre les violences faites aux femmes lancée aujourd'hui

Par 19/11/2020 - 19:44
01/01/2020 - 00:00

La campagne de lutte contre les violences envers les femmes a démarré ce jeudi 19 novembre. L'occasion d'aborder une thématique qui revêt une importance cruciale dans les relations, celle du consentement. En particulier pour la tranche d'âge 15/25 ans de la population, de plus en plus exposée aux violences dans le couple.

    Le consentement au cœur de la nouvelle campagne contre les violences faites aux femmes lancée aujourd'hui

Les autorités et associations se mobilisent dans la lutte contre les violences faites aux femmes. La campagne a été lancée officiellement ce jeudi après-midi à l'observatoire des violences envers les femmes (OVIFEM) à Fort de France.

Le thème est celui du consentement et a un slogan : « Si c'est pas sûr que c'est oui, dis-toi que c'est non ». Chaque année, ces actions ont pour but d'attirer l'attention du public afin de mieux sensibiliser et prévenir.

Elles permettent également de libérer la parole. En effet, juste après la campagne, un plus grand nombre de femmes se présente pour déclarer des violences. Ce phénomène a été observé depuis plusieurs années.

Les 15/ 25 ans de plus en plus exposés aux violences dans le couple

Cette année, l'observatoire a décidé de s'adresser à toute personne qui s'interroge sur son consentement. Selon leurs observations et sondages, ce sont les 15/ 25 ans qui ont du mal à se positionner dans leurs choix et qui sont donc de plus en plus exposés aux violences dans le couple, et voire même hors du couple. 

La campagne est donc visuelle et met en évidence deux acteurs : une jeune femme et son compagnon qui exposent à travers des scènes de 30 secondes des situations de consentement ou non consentement dans le couple.

Un message facile pour le jeune public ciblé, accompagné d’émoticônes. Ces spots seront diffusés sur les réseaux sociaux, mais seront également déclinés en affichage, sur les réseaux sociaux, dans les media et sur le site internet de l’OVIFEM.

Une campagne qui s'adapte aux circonstances sanitaires actuelles

Crise sanitaire oblige, pas d’actions en présence cette année, mais via les réseaux sociaux et lors d’interventions médiatiques. Toutefois, différents acteurs de la défense des droits des femmes interviendront bel et bien tout au long de cette semaine (ALEFPA, CDAD, UFM, Culture Egalité, Konbit, police, gendarmerie etc).

Depuis le confinement, une plateforme d’appel d’urgence redirigée vers l’Union des Femmes a été mise en place via le 0800 100 811. Une page Facebook intitulée "campagne_vff972" est également disponible pour s’informer.

Le bracelet anti-rapprochement, nouveau dispositif dans la lutte

Sur l'aspect juridique, les violences dans le couple représentent 1/3 des dossiers examinés par la justice. 1 000 procédures sont entamées chaque année. Le procureur assure que la justice s'active pour que des réponses pénales soient prononcées quelque soit le degré de la violence signalée par la victime.

Dès lundi, un nouveau dispositif s'ajoutera à ceux déjà existants : le bracelet anti-rapprochement que devra porter l'auteur des violences dès que le magistrat l'ordonnera. Une convention sera signée lundi (23 novembre) pour lancer cette mesure en Martinique.

Tags