Après son décès, les collègues d'une antillaise dénoncent le racisme dont elle était victime

Par • Mis à jour le 15/11/2018 - 10:52

Les proches d'une employée municipale antillaise décédée en septembre ont manifesté hier à Paris pour dénoncer sa souffrance au travail.

    Après son décès, les collègues d'une antillaise dénoncent le racisme dont elle était victime

Elle avait 59 ans, était femme de ménage pour la mairie du 20ème arrondissement de Paris. Cette antillaise a été retrouvée sans vie dans les toilettes d’une bibliothèque parisienne le 17 septembre dernier.

Elle s’appelait Sabine Vorin. Hier, devant la mairie du 20ème arrondissement, plusieurs manifestants se sont rassemblés pour dénoncer sa mort. Car si Sabine est à priori décédée d’un arrêt cardio respiratoire, elle aurait aussi été victime de racisme.

Selon ses collègues, elle aurait subi des discriminations raciales et des critiques régulières sur son poids de la part du directeur général des services de la mairie. Sa cousine Edmonde, comme le reste de sa famille n’en savait rien et la nouvelle a rendu sa mort encore plus brutale.